Au Venezuela

21 juillet 2019 22:21; Act: 21.07.2019 22:22 Print

Le numéro 2 du Parlement arrête sa grève de la faim

Incarcéré après le coup raté contre Maduro, le vice-président du Parlement, Edgar Zambrano a cessé son refus de s'alimenter après dix jours.

storybild

Edgar Zambrano (gauche) en compagnie du chef de l'opposition Juan Guaido. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le vice-président du Parlement vénézuélien Edgar Zambrano, incarcéré le 8 mai pour son soutien au soulèvement militaire raté contre le président Maduro, a arrêté sa grève de la faim au bout de dix jours. Il a pu recevoir en prison la visite de sa famille.

Edgar Zambrano a décidé «la fin progressive de sa grève de la faim», a écrit sa femme, Sobella Mejias, sur son compte Twitter. Elle précise que son mari, détenu au QG des services de renseignement (Sebin), avait vu ses deux filles, sa petite-fille et son gendre.

«Pour les droits de tous les Vénézuéliens»

Jeudi, le chef de l'opposition Juan Guaido, reconnu comme président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays, avait annoncé que M. Zambrano faisait la grève de la faim «pour les droits de tous les Vénézuéliens, de ses camarades enlevés avec lui et de tous les prisonniers politiques».

La Cour suprême de justice, que l'opposition accuse d'être à la solde du président en place Nicolas Maduro, a lancé des poursuites pénales contre Edgar Zambrano et 14 autres élus. Ces parlementaires sont accusés d'avoir soutenu la tentative d'insurrection militaire à l'appel de M. Guaido fin avril.

«Camarades enlevés »

À la demande de la Cour suprême, l'Assemblée constituante a levé leur immunité. M. Zambrano avait été arrêté à Caracas par des agents du Sebin. Il avait été placé en détention provisoire dans une prison militaire de la capitale. Les autres élus se sont réfugiés dans des résidences diplomatiques, se sont enfuis à l'étranger ou sont entrés dans la clandestinité.

Juan Guaido accuse le gouvernement socialiste de Nicolas Maduro de vouloir «bâillonner» l'Assemblée nationale, la seule institution vénézuélienne contrôlée par l'opposition. Des pourparlers entre les délégations du gouvernement de M. Maduro et de l'opposition se tiennent actuellement sur l'île de La Barbade pour tenter de résoudre la crise politique au Venezuela.

Selon l'ONG locale de défense des droits de l'homme, Foro Penal, il y a 589 «prisonniers politiques» au Venezuela, une qualification rejetée par Nicolas Maduro.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.