Au Royaume-Uni

12 novembre 2019 16:52; Act: 12.11.2019 17:16 Print

Le Parti travailliste victime d'une cyberattaque

Le principal parti d'opposition britannique a été touché par une «cyberattaque sophistiquée et de grande ampleur».

storybild

Le dirigeant du parti Jeremy Corbyn a précisé «qu'aucune information n'avait été piratée». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Parti travailliste, principal parti d'opposition britannique, a indiqué mardi avoir été victime d'une «cyberattaque sophistiquée et de grande ampleur». Cette attaque a eu lieu en pleine campagne pour les élections législatives du 12 décembre.

«Les plateformes numériques du Parti travailliste ont été touchées par une cyberattaque sophistiquée et de grande ampleur», a affirmé un porte-parole, dans un communiqué, ajoutant que l'attaque avait échoué «grâce au solide système de sécurité». Le fonctionnement de ces plateformes n'a pas été interrompu mais ralenti, a précisé le parti.

«Aucune information piratée»

Le dirigeant du parti, Jeremy Corbyn, a précisé que l'attaque avait eu lieu lundi, et «qu'aucune information n'avait été piratée». «Si c'est un signe de ce qui pourrait advenir pendant ces élections, cela me rend particulièrement nerveux», a confié Corbyn, lors d'un meeting de campagne à Blackpool (nord-ouest).

Le parti d'opposition n'a pas précisé s'il disposait d'élément sur l'origine de l'attaque, indiquant avoir saisi les autorités spécialisées. Le Royaume-Uni se trouve en pleine campagne électorale pour les législatives anticipées convoquées le 12 décembre, pour sortir le pays de l'impasse du Brexit.

Avec ce troisième scrutin législatif en quatre ans, le Premier ministre conservateur Boris Johnson espère ainsi retrouver une majorité lui permettant de sortir son pays de l'Union européenne, mais le résultat de ce pari reste très incertain.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stéphanie le 12.11.2019 17:07 Report dénoncer ce commentaire

    On y arrive doucement! Pourquoi avoir attendu trois ans pour dire que les Russes ont fait une cyber attaque?

  • Johnny le 12.11.2019 22:08 Report dénoncer ce commentaire

    Une vive polémique agite le Royaume-Uni depuis que Boris Johnson s’est vu remettre un rapport parlementaire sur de possibles ingérences russes dans la politique britannique. Les appels à le rendre public se multiplient.

  • Le Russe le 12.11.2019 20:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mario T. a raison car pourquoi toujours accuser notre pays l'URSS/Russie?

Les derniers commentaires

  • Johnny le 12.11.2019 22:08 Report dénoncer ce commentaire

    Une vive polémique agite le Royaume-Uni depuis que Boris Johnson s’est vu remettre un rapport parlementaire sur de possibles ingérences russes dans la politique britannique. Les appels à le rendre public se multiplient.

  • Le Russe le 12.11.2019 20:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mario T. a raison car pourquoi toujours accuser notre pays l'URSS/Russie?

  • Mario T. le 12.11.2019 19:55 Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez de fantasmer! Ce ne sont pas les Russes, ni les Chinois ou les Américains; une cyber attaque sur un parti ne leur rapporterait rien, absolument rien. Les seuls qui pourraient profiter d'une telle attaque sont les autres partis ! De toute façon il y a des milliers et des milliers de hackers un peu partout dans le monde!

  • Joséphine le 12.11.2019 18:51 Report dénoncer ce commentaire

    La polémique enfle depuis plus d’une semaine. Pourquoi le gouvernement Johnson a-t-il refusé la publication d’un rapport parlementaire sur les interférences russes dans la politique britannique, juste avant la dissolution du Parlement, le 5 novembre dernier ? Pourquoi ne pas avoir accepté de livrer ces informations au public, alors qu’une élection générale cruciale est programmée le 12 décembre ?

  • Stéphanie le 12.11.2019 17:07 Report dénoncer ce commentaire

    On y arrive doucement! Pourquoi avoir attendu trois ans pour dire que les Russes ont fait une cyber attaque?