Fusillade d'Odessa

03 septembre 2019 07:10; Act: 03.09.2019 09:37 Print

Le tireur venait d'être renvoyé de son travail

L'homme qui a tué sept personnes samedi dans la ville texane d'Odessa, dans le sud des États-Unis, avait été licencié de son emploi juste avant de perpétrer la fusillade.

storybild

Sept personnes ont été tuées dans l'attaque. (photo: AFP/Cengiz yar)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le suspect est allé à son travail à Journey Oilfield Services. Il n'y est pas resté très longtemps et a été renvoyé par son employeur», a expliqué le chef de la police d'Odessa, Michael Gerke, lors d'une conférence de presse.

Après son renvoi, le suspect et son employeur ont tous deux appelé la police pour se plaindre «parce qu'ils n'étaient pas d'accord à propos de ce licenciement».

Déjà perturbé

Le tireur, identifié comme étant Seth Aaron Ator, 36 ans, a également appelé la police fédérale (FBI), mais n'a pas proféré de menaces particulières, a poursuivi M. Gerke. Cependant, selon l'agent du FBI, Christopher Combs, le licenciement du tireur n'a pas été l'élément déclencheur de la fusillade.

«Il était déjà très perturbé mentalement quand il est arrivé à son travail, donc tout cela n'est pas arrivé parce qu'il a été licencié», a affirmé M. Combs. «Il était déjà très en colère quand il est arrivé sur son lieu de travail».

Fusillade à l'aveugle

La fusillade a commencé quand des policiers ont essayé peu après d'arrêter une voiture couleur or sur l'autoroute I-20, à Odessa. Le conducteur a alors commencé à tirer et a pris la fuite, abattant au hasard d'autres automobilistes sur plusieurs kilomètres le long de l'autoroute entre les villes d'Odessa et de Midland.

Au total sept personnes ont été tuées et 22 autres blessées. Ce chiffre aurait pu être bien plus élevé, selon les forces de l'ordre, si l'assaillant avait pénétré dans le cinéma devant lequel il a finalement été abattu par la police.

Cette énième fusillade s'est produite moins d'un mois après qu'un tireur a abattu 22 personnes dans une autre ville du Texas, à El Paso, à environ 500 kilomètres à l'ouest d'Odessa.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.