Rencontre mortelle

08 novembre 2019 19:01; Act: 08.11.2019 19:05 Print

Les derniers instants de Grace avant son meurtre

Une Britannique, qui s'était rendue en Nouvelle-Zélande pour y fêter son anniversaire, a été assassinée. Le procès du meurtrier présumé s'est ouvert cette semaine.

Sur ce sujet
Une faute?

En décembre 2018, le corps de Grace Millane était retrouvé dans un parc près d'Auckland. La dernière fois qu'elle avait donné de ses nouvelles, la Britannique de 22 ans avait envoyé un texto à une amie pour lui dire qu'elle avait «matché» avec quelqu'un sur Tinder.

Il s'agit de l'homme qui est désormais accusé de meurtre et qui doit répondre de ses actes devant un tribunal néo-zélandais. Lors du procès, des images de vidéosurveillance montrent le couple déambuler dans le centre-ville de la capitale néo-zélandaise. Ils semblent «tout à fait à l'aise et s'amusant manifestement», selon les mots du procureur en charge de l'affaire.

Dans ces images, on voit notamment Grace se prendre en photo devant un arbre de Noël, image qu'elle avait ensuite envoyée à sa famille. On voit aussi la jeune touriste attendre l'homme avec lequel elle avait rendez-vous. Le duo célèbre ensuite l'anniversaire de la jeune femme toute la nuit dans différents établissements et l'alcool semble couler à flots.

Le meurtrier présumé aurait ensuite invité sa victime dans sa chambre d'hôtel. Sur la séquence vidéo, on les voit dans l'ascenseur avant de rejoindre la chambre 308. C'est la dernière fois que la jeune femme est vue en vie. D'après le rapport d'enquête, Grace a ensuite été mortellement étranglée lors d'un rapport sexuel.

Grace Millane effectuait un tour du monde d'un an après avoir obtenu son diplôme universitaire. Elle se trouvait en Nouvelle-Zélande depuis deux semaines après voir passé plus d'un mois en Amérique du Sud. C'était son premier voyage à l'étranger en solitaire. Sa famille s'est inquiétée quand elle ne l'a pas contactée alors qu'elle avait l'habitude de le faire tous les jours.

(L'essentiel/cga)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sowat le 09.11.2019 11:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    encore une pauvre jeune...on ne se méfie jamais assez ! Surtout avec Internet, personne ne peut être totalement certain de la personne rencontrée !

Les derniers commentaires

  • Sowat le 09.11.2019 11:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    encore une pauvre jeune...on ne se méfie jamais assez ! Surtout avec Internet, personne ne peut être totalement certain de la personne rencontrée !