Brexit

11 septembre 2019 15:11; Act: 11.09.2019 15:38 Print

Londres veut attirer plus d'étudiants étrangers

Après le Brexit, Londres permettra aux étudiants de rester au Royaume-Uni, deux ans après leur diplôme, afin de «garder les meilleurs talents».

storybild

La ministre a insisté sur «l'ambition» de son pays après le Brexit. (photo: AFP/Tolga Akmen)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Royaume-Uni va permettre aux étudiants étrangers de rester deux ans sur son territoire, une fois obtenu leur diplôme, afin de retenir les «meilleurs talents» après le Brexit, a annoncé mercredi, le gouvernement britannique.

Il s'agit ainsi de «recruter et garder les meilleurs talents internationaux», mais également de favoriser de «futures avancées dans les sciences, la technologie, la recherche», a déclaré la ministre des Entreprises et de l'Industrie, Andrea Leadsom, à la radio BBC.

Dès l'année prochaine

«Nous prévoyons d'augmenter le nombre des étudiants étrangers de 30%, pour arriver à 600 000 d'ici à 2030», a précisé Mme Leadsom, «et l'un des moyens d'y parvenir est de leur permettre de travailler deux ans après l'obtention de leur diplôme, car c'est dans l'intérêt du Royaume-Uni d'attirer les meilleurs et les plus brillants du monde entier».

La ministre a insisté sur «l'ambition» de son pays après le Brexit: «En quittant l'Union européenne, ce sera au gouvernement de définir notre politique migratoire», a-t-elle poursuivi, soulignant que «plutôt que d'être ouvert à la seule libre circulation avec l'UE, le Royaume-Uni va pouvoir profiter d'un vivier de talents mondial. C'est pour nous un avantage formidable».

Actuellement, les étudiants étrangers peuvent rester jusqu'à quatre mois, après la fin de leur parcours. Les nouvelles règles doivent entrer en vigueur pour les étudiants qui commenceront leur cursus l'année prochaine.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Manu le 11.09.2019 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    Mais risquent de ne plus avoir la reconnaissance (automatique) des diplômes britanniques dans les autres 27 États-membres, donc, pourquoi aller étudier en Angleterre (avec des fees très élevés) s'il y a d'autres options de très haut niveau dans d'autres pays?

  • Kevin le 11.09.2019 20:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On en reparlera dans quelques années quand le Royaume-Uni s’en sortira mieux que nous en Europe.. notamment grâce à leur lien avec les Amériques

  • clochette le 11.09.2019 17:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les frais de scolarité resteront les mêmes ?

Les derniers commentaires

  • Ben-J le 11.09.2019 21:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Longue vie au student housing !!!

  • Kevin le 11.09.2019 20:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On en reparlera dans quelques années quand le Royaume-Uni s’en sortira mieux que nous en Europe.. notamment grâce à leur lien avec les Amériques

  • clochette le 11.09.2019 17:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les frais de scolarité resteront les mêmes ?

  • Manu le 11.09.2019 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    Mais risquent de ne plus avoir la reconnaissance (automatique) des diplômes britanniques dans les autres 27 États-membres, donc, pourquoi aller étudier en Angleterre (avec des fees très élevés) s'il y a d'autres options de très haut niveau dans d'autres pays?

  • Sorry, but true story... le 11.09.2019 15:40 Report dénoncer ce commentaire

    Attendez... mais de quoi vous parlez? Un vivier de talents mondial? Mais, cela ne concerne en rien d’être en Europe ou pas... ça doit être que pur bluff pour sauver leur économie en sortant de l’EU! Le Brexit (et même maintenant) est un pur théâtre, ils ont heurté l’iceberg à plein vu et ils coulent volontairement ! Comme dis il y a longtemps, voté par des vieux, pas par des jeunes!

    • not sorry le 11.09.2019 20:38 Report dénoncer ce commentaire

      OK, mais où ils étaient, les jeunes, en 2016 ? Pas intéressés, pas concernés... Tant pis !