Europe

04 juillet 2019 13:07; Act: 04.07.2019 13:28 Print

Les institutions de l'UE toujours très masculines

Même si l'UE se féminise, comme l'illustre le choix de deux femmes pour présider la Commission et la BCE, les institutions communautaires restent largement masculines.

Sur ce sujet
Une faute?

Répartition des femmes dans les institutions européennes (Infogram)

Les 28 ont décidé de placer deux femmes à des postes-clés de l'Union: l'Allemande Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne et la Française Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne (BCE). La nomination à la présidence de la Commission doit encore être confirmée par le Parlement européen. Ces deux postes n'avaient jamais été occupés par des femmes.

D'autres «top jobs», attribués cette fois à des hommes, sont déjà revenus à des femmes dans le passé. Le Parlement européen a été présidé par les Françaises Simone Veil (1979-1982) et Nicole Fontaine (1999-2002). Le poste de Haut représentant pour les Affaires étrangères, créé en 2009, n'a été occupé que par des femmes: la Britannique Catherine Ashton (2009-2014) et l'Italienne Federica Mogherini (2014-2019).

Toujours pas de parité au Parlement

Désormais, seule continue de leur échapper la présidence permanente du Conseil européen qui a toujours été occupée par des hommes depuis son instauration en 2009. Avec 40% de femmes, le Parlement européen n'a jamais été aussi féminisé, mais il reste loin de la parité.

En 1979, le premier Parlement élu au suffrage universel direct ne comptait que 16% de femmes. Ce taux a augmenté élection après élection pour atteindre 37% en 2014. Cette année, six pays ont envoyé un contingent paritaire: la France, l'Autriche, la Slovénie, la Lettonie, Malte et le Luxembourg. Deux ont envoyé plus de femmes que d'hommes: la Suède (55%) et la Finlande (54%). Chypre est le seul pays à n'avoir envoyé aucune femme.

À la traîne

La Commission européenne sortante, présidée par le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, comptait 9 femmes et 19 hommes (32% de féminisation), une répartition identique à la précédente, présidée par le Portugais José Manuel Barroso. La composition de la future Commission ne sera pas connue avant plusieurs mois.

Si la féminisation progresse, plusieurs institutions communautaires restent à la traîne. Le conseil des gouverneurs de la BCE, que va présider Mme Lagarde, ne compte que 8% de femmes (2 sur 25). L'autre organe financier de l'Union, la Cour des comptes européenne, ne fait guère mieux, avec 21% de femmes (6 sur 28).

Le Conseil européen, qui réunit les chefs d’État ou de gouvernement des États membres, son président et le président de la Commission, ne compte, avant la nomination d'Ursula von der Leyen, que 17% de femmes (5 sur 30). Du côté de la justice européenne, la Cour de justice (CJUE) et le tribunal de l'Union européenne comptent respectivement 18% et 23% de femmes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Gloubichou le 04.07.2019 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    Un poste est ouvert à tous et à toutes et que le/la meilleure gagne. Je préfère largement un homme ou une femme compétent(e) plutôt qu'un bon ou une bonne à rien qui a été catapulté à un poste sur base de quota.

  • Gloubi-boulga le 04.07.2019 18:48 Report dénoncer ce commentaire

    Gloubichou a raison: que le/la meilleure gagne. Souvent, on voit des hommes nommés à des postes élevés alors que de toute évidence, il y aurait des femmes plus compétentes alors sexime? Moi, je le crois!

Les derniers commentaires

  • Gloubi-boulga le 04.07.2019 18:48 Report dénoncer ce commentaire

    Gloubichou a raison: que le/la meilleure gagne. Souvent, on voit des hommes nommés à des postes élevés alors que de toute évidence, il y aurait des femmes plus compétentes alors sexime? Moi, je le crois!

  • Gloubichou le 04.07.2019 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    Un poste est ouvert à tous et à toutes et que le/la meilleure gagne. Je préfère largement un homme ou une femme compétent(e) plutôt qu'un bon ou une bonne à rien qui a été catapulté à un poste sur base de quota.

    • Stéphanie le 04.07.2019 18:55 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait d'accord avec vous, car mieux vaut des femmes compétentes que des hommes toujours catapultés car ce sont des hommes, et que les hommes ont toujours priorité pour ces postes! Plus de femmes aux responsabilités!