À Hong Kong

08 août 2019 09:33; Act: 08.08.2019 12:08 Print

Les manifestants ripostent aux «lacrymos»

Les manifestants à Hong Kong ont développé des techniques simples mais efficaces pour lutter contre l'utilisation massive de grenades lacrymogènes par les forces de l'ordre.

storybild

Un cône de signalisation et une bouteille d'eau pour neutraliser les grenades lacrymogènes. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

À peine la grenade lacrymogène a-t-elle explosé qu'un manifestant sprinte vers elle pour l'étouffer avec un cône de signalisation. La scène est de plus en plus récurrente depuis le début de la contestation à Hong Kong, qui a vu les protestataires développer d'ingénieuses tactiques.

La mégapole du Sud de la Chine traverse depuis deux mois sa crise politique la plus grave depuis sa rétrocession par Londres en 1997. Quasi quotidiennes, les manifestations sont aussi très souvent émaillées de heurts avec les forces de l'ordre. Celles-ci ont également musclé leur riposte face à des protestataires de plus en plus violents, ce qui a été illustré par l'utilisation de 800 grenades lacrymogènes lors de la seule journée de lundi, surnommée le «festival des lacrymos» par les manifestants.

Attirail

Au fil des confrontations avec la police, ces derniers ont rodé leurs tactiques pour se protéger des gaz. Dans l'arsenal du parfait manifestant, on trouve les gants ignifuges résistants à la chaleur pour empoigner des grenades brûlantes ou encore les masques à gaz surnommés «groins de cochon» en cantonais.

Les forums en ligne regorgent de discussions sur les modèles de masques les plus adaptés, sur les meilleures adresses où les acheter. «Il m'en faut vraiment un! Il est déjà difficile de trouver de bons masques», écrit un internaute. Lors des manifestations, on échange les conseils sur leur utilisation.

Cône et eau

Mais les protestataires ont aussi mis en place des «unités» spécialisées tout particulièrement dans la gestion des grenades qui émettent des lacrymogènes dès qu'elles sont tirées par la police. Certains couvrent leurs bras de film alimentaire pour éviter les irritations provoquées par les gaz et transportent un stock de sérum physiologique pour rincer les yeux de quiconque est incommodé.

Parfois une grenade est saisie et retournée à l'envoyeur, parfois elle est sommairement aspergée à l'aide de bouteilles d'eau. Mais la tactique la plus élaborée est celle du cône de signalisation qu'un premier manifestant pose sur la grenade fumante pour contenir son gaz, avant qu'un deuxième n'arrive pour verser de l'eau par le trou qui est à sa pointe, afin de la noyer. «Ce qui se passe à Hong Kong a permis aux manifestants d'apprendre et de développer leurs tactiques», observe Tony Davis, un spécialiste des questions de sécurité basé à Bangkok pour le groupe IHS Jane's. «Ils sont en un sens en train de devenir une armée organisée, ce qu'ils n'étaient pas initialement».

Ils sont peut-être une «armée», mais leur équipement est particulièrement artisanal, venu parfois tout droit des placards de la cuisine. Beaucoup de manifestants partent ainsi défiler avec dans leur sac un couvercle de wok, un ustensile banal qui s'est avéré redoutable pour étouffer les grenades.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.