Coronavirus en Italie

05 avril 2020 16:15; Act: 06.04.2020 18:46 Print

Les Napolitains préparent des paniers de courses

Pendant le combat contre le coronavirus, Naples livre une bataille solidaire contre la misère avec ses paniers solidaires par lesquels ils partagent leurs courses.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Si tu peux, mets; si tu ne peux pas, prends»: le panier de nourriture monte et descend, du balcon à la rue. Pendant le combat contre le coronavirus, Naples livre une bataille solidaire contre la misère.

Dans les régions riches du nord italien, le coronavirus tue par milliers; dans le pauvre Mezzogiorno au sud, il est moins assassin même si près de 200 personnes sont mortes dans la région de Naples, mais il rend encore plus prégnante la préoccupation du repas quotidien.

«Buon appetito»

Dans le très populaire quartier historique de cette ville parmi les plus pauvres d'Europe, être confiné chez soi n'empêche pas de distribuer à manger à ceux qui ne travaillent plus et n'ont rien. Une grande partie de la population est employée au noir et est privée de tout revenu.

Le long des murs tagués et souvent décrépits, s'est engagé un étrange ballet de paniers en osier. Attachés à des cordes, ils font les allers et retours de la rue au balcon, s'emplissant de vivres et de plats chauds. L'un emporte son repas accompagné d'un «buon appetito» lancé d'un balcon, un autre se brûle les doigts en le déballant avant de le consommer sur le capot d'une voiture. Certains font passer tout cela avec un mélange café/amaro (une liqueur de plantes), versé d'une fiole apportée par une voisine.

Le chapeau de San Giuseppe

Ciro, la vingtaine, paie son plat en chantant pour sa cuisinière. Elle l'applaudit au balcon, fait un mouvement circulaire du doigt et crie à la cantonade: «Attends! Je vais mettre la table! Qui a faim?».

L'initiative est venue d'un riverain, Angelo Picone, le «Capitaine», président d'une association d'artistes de rue, très impliqué dans la vie associative napolitaine.

Anonymat

Il explique à l'AFP s'être inspiré d'un médecin de la ville du début du XXe siècle, Giuseppe Moscati, depuis béatisé, qui, dit la légende napolitaine, tendait son chapeau en fin de consultation. Les patients qui avaient de l'argent payaient, ceux qui n'en avaient pas prenaient.

Quand il a pendu de son balcon un panier avec une feuille énonçant ce précepte, Angelo Picone s'est aperçu qu'il se remplissait et se vidait. Le dispositif «assure l'anonymat», dit-il.

Pour «ceux qui ne peuvent pas»

Rapidement, «Il Capitano» fait des émules, comme Teresa Cardo, une professeure d'anglais. «On a commencé en mettant un morceau de pain, un sac de pâtes, une boîte de tomates pelées. En deux heures, le sac était complètement plein», rempli par des passants qui rentrent des courses. «C'était vraiment très émouvant», dit-elle, expliquant que l'expérience allège l'épreuve du confinement.

Dans une rue voisine, une table a également été installée. Où «ceux qui peuvent» déposent pain, boîte de thon, huile, que récupèrent «ceux qui ne peuvent pas». «Nous avons la chance qu'à Naples il y ait ça, cette volonté de s'entraider», dit Gennaro, un artiste de rue.

Eurostat estimait en 2018 que quatre Napolitains sur dix étaient exposés à un risque de pauvreté relative, un record en Europe; un tiers des 15-29 ans ne sont ni scolarisés ni employés officiellement, selon l'Unicef. Et dimanche matin, quelque 3 500 Napolitains avaient demandé des bons alimentaires réservés aux nécessiteux.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bel gesto le 05.04.2020 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    super....dans la misere eux ils s'aident mutuellement....pas comme ailleurs

  • SKF le 05.04.2020 17:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les italiens sont des gens très bien ???? exemplaires !!!

  • roxy le 05.04.2020 17:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je dois dire que en tous cas c’est souvent les plus pauvres qui aident les autres déjà le café suspendu était une tradition à Naples et je trouve que des gens qui n’ont presque rien donnent quand même est très émouvant

Les derniers commentaires

  • giovalux73 le 05.04.2020 21:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En tout cas, l’Italie avec son système sanitaire, n’a pas encore envoyé des patients se faire soigner à l’étranger, au contraire d’autres pays......

  • giovalux73 le 05.04.2020 21:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Berlusconi a rien détérioré, et donné 10 millions à l’hôpital San Gerardo di Monza. La dernière période de dynamisme dans le pays était avec lui au gouvernement. Ceci dit, les italiens sont habitués à s’entraider, car n’ont jamais pu compter sur l’état. Bravo pour cette solidarité

  • Matrix6657 le 05.04.2020 18:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très beaux geste !! FORZA ITALIA JE SUIS FIERS DE MON PAYS

    • Said Odraude le 05.04.2020 20:49 Report dénoncer ce commentaire

      FORZA ITALIA est le slogan de Berlusconi qui a détérioré les hôpitaux et le système de santé de l'Italie?

  • bel gesto le 05.04.2020 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    super....dans la misere eux ils s'aident mutuellement....pas comme ailleurs

  • SKF le 05.04.2020 17:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les italiens sont des gens très bien ???? exemplaires !!!