Aux États-Unis

04 novembre 2019 22:52; Act: 05.11.2019 09:34 Print

Machette en main, elle force son ex à la satisfaire

Une Américaine a été condamnée à 20 ans de détention, dans un hôpital psychiatrique, pour avoir fait vivre un véritable enfer à son ex-petit ami.

storybild

La jeune femme a fait vivre un véritable calvaire à son ancien petit ami. (photo: 20 Minuten)

Sur ce sujet
Une faute?

Un jour de juin 2018, à Great Falls (Montana). Samantha Mears, alors âgée de 19 ans, profite de l'absence de son ex-copain pour s'introduire chez lui. Une fois Steven* rentré à la maison, la demoiselle le surprend par derrière en lui collant une machette sous la gorge. Elle lui ordonne de retirer ses vêtements et de se mettre au lit. Sentant qu'il n'a aucun moyen de s'enfuir sans être blessé, Steven obtempère et s'exécute.

Samantha retire alors ses pantalons, se glisse sur sa victime et le force à avoir un rapport sexuel, relate 8 KPAX. Après cet ébat forcé, Steven essaie de repousser son agresseuse, mais celle-ci lui mord le bras et le force à remettre cela, jusqu'à ce qu'il n'ait plus d'érection. La jeune femme s'assied finalement sur le lit, toujours armée de sa machette. Les deux protagonistes se disputent, puis l'Américaine se déchaîne: elle arrache un bout de tapisserie puis urine intentionnellement sur le lit. Ce n'est qu'à l'arrivée de la sœur de la victime que celle-ci a pu profiter d'un moment d'inattention pour s'enfuir.

Des propos incohérents

Mise en examen pour rapport sexuel sans consentement, Samantha a affirmé aux enquêteurs que son ex était d'accord de coucher avec elle. Le policier qui a interrogé la jeune femme a toutefois trouvé que ses réponses n'avaient aucun sens et qu'elle répondait souvent à côté du sujet. Avant le procès, le procureur et la défense se sont longuement écharpés au sujet de la santé mentale de l'accusée. Après une évaluation de 60 jours dans un hôpital psychiatrique, la jeune femme a été jugée «mentalement compétente» malgré le fait qu'elle semblait souffrir d'une déficience.

Samantha a finalement été condamnée à une peine de 20 ans d'internement dans un hôpital psychiatrique. Elle a par ailleurs l'obligation de prendre son traitement et de suivre les conseils de l'équipe médicale.

*Prénom d'emprunt

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Billy le 05.11.2019 07:24 Report dénoncer ce commentaire

    C'est marrant, quand c'est un homme, on ne voit jamais le mot "viol"...

  • Le Russe le 05.11.2019 08:01 Report dénoncer ce commentaire

    Cela s'appelle un viol. Il n'y a pas de différence entre elle et un violeur masculin qui s'en prend aux femmes.

  • Pas tous égaux le 05.11.2019 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi quand c'est un home on apelle ça clairement un viol, mais lorsque c'est une femme on dit "rapport sexuel sans consentement"?

Les derniers commentaires

  • Bon sens le 05.11.2019 13:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre que l’on n’appelle pas ça viol! Avec une machette il faut quoi de plus ? L’erection n’est pas seulement provoqué e par l’envie sexuelle. Quel homme n’a pas déjà eu une incontrôlée ?

  • Olivier le 05.11.2019 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    "Le policier qui a interrogé la jeune femme a toutefois trouvé que ses réponses n'avaient aucun sens et qu'elle répondait souvent à côté du sujet. " il s'agit d'une politicienne et non d'une personne malade.

  • Aer le 05.11.2019 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'après la définition de viol dans le code pénal, il y a viol quand il y a pénétration.

    • @Aer le 05.11.2019 11:29 Report dénoncer ce commentaire

      Et ? On bien un accident quand on te rentre dedans ou que tu rentres dans quelqu'un. Là c'est pareil, au sens "propre".

    • Lamentable le 05.11.2019 14:03 Report dénoncer ce commentaire

      Et alors? Il y a eu pénétration dans le cas présent. Il faut lire l'article... c'est écris dedans, il y a eu rapport sexuel forcé -donc pénétration- jusqu'à ce qu'il ne puisse plus être en érection. Donc même en prenant votre critère douteux, c'est un viol madame. Un vrai, avec victime, dépôt de plainte immédiat, et une condamnation. Il y a même un témoin au cas où cela ne vous suffirait pas.

    • dulux le 05.11.2019 15:05 Report dénoncer ce commentaire

      Mais il est ou le probleme, il y a bien penetration !

    • @Aer le 05.11.2019 18:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Pas la peine de vous exiter les gens je répondais juste à la question de pourquoi on n'appelle pas ça viol. Il faut que la victime soit pénétrée pas que lui penetre et je suis désolé ce n'est pas moi qui écris le code pénal donc pas la peine de m'agresser.

  • irino le 05.11.2019 10:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'est-ce qu'il y a pire que l'humain ??

    • @irino le 05.11.2019 11:30 Report dénoncer ce commentaire

      Rien mais on arrive toujours à faire pire quand on pense avoir touché le fond.

    • TerraMan le 05.11.2019 14:05 Report dénoncer ce commentaire

      attention ... si les animaux avaient une intelligence humaine.. allez savoir ce qu'ils feraient .. ahah

  • Pas tous égaux le 05.11.2019 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi quand c'est un home on apelle ça clairement un viol, mais lorsque c'est une femme on dit "rapport sexuel sans consentement"?