Au Mexique

13 décembre 2019 08:05; Act: 13.12.2019 11:27 Print

Mexico met à la diète ses policiers trop enveloppés

Mexico a mis en place un programme intitulé «Une police saine» pour ses membres considérés comme trop en chair.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Dégoulinants de sueur sous le soleil de Mexico, un rictus de souffrance déformant leurs visages, un groupe de policiers bien en chair enchaînent pompes, étirements et abdominaux.

Les T-Shirts blancs, rouges et noirs, sont trempés, mettant bien en relief bourrelets, ventres rebondis et autres rondeurs. Impitoyable à l'encontre de ses vingt-cinq «victimes», des hommes et des femmes, à plat ventre à ses pieds, un instructeur leur hurle de persévérer dans l'effort, au mépris de leur douleur. La scène qui se tient sur le parking asphalté d'une caserne de police de la ville, pourrait se dérouler dans n'importe quelle pays.

Une prime en contrepartie

Mais au Mexique, où 75% des adultes sont en surpoids, voire même obèses, le tableau n'est pas anodin. En tout, plus de 1 000 policiers et policières de la capitale, sur un total de 83 000, ont accepté de participer à ce programme destiné à leur imposer une diète sévère, améliorer leur santé et les rendre plus efficaces sur le terrain.

Une prime mensuelle de 1 000 pesos leur est en outre versée, histoire de mieux faire passer la pilule un peu amère, en tout cas dans les premiers stades du régime et de la gym, les plus difficiles. Le programme, intitulé «Une police saine» a été mis en oeuvre il y a trois mois.

Taux d'obésité parmi les plus élevé

"C'est une façon de faire face au problème que nous avons au Mexique concernant l'obésité et la sédentarité", explique, sans crier, l'instructeur Javier Ramirez. Derrière lui, les plus fatigués, en profitent pour faire une pause discrète, dans l'espoir d'un entretien long avec l'AFP. "Nous voulons que les policiers soient placés dans des conditions optimales afin qu'ils puissent faire leur travail efficacement", ajoute-t-il.

Le taux d'obésité au Mexique est l'un des plus élevés en Amérique latine avec le Chili et les Bahamas, selon la FAO. Le fléau touche aussi les enfants dans des proportions très préoccupantes. Le nombre de maladies liées à l'obésité et au surpoids est alarmant dans ce pays qui compte une population de plus de 120 millions d'habitants. En 2018, 8,6 millions de personnes ont déclaré qu'elles avaient été diagnostiquées avec un diabète tandis que 15 autres millions disaient souffrir d'hypertension, selon les statistiques de l'institut de statistiques INEGI.

Aliments à exclure

Le problème est tel qu'il a incité cette année le Parlement mexicain à approuver des changements dans l'étiquetage des aliments considérés comme «à exclure», autrement dit riches en sucres, sodium et graisses saturées.

Calquant son approche sur celle en vigueur du Chili, le gouvernement mexicain va mettre en garde contre les aliments qui contiennent ces substances dans des proportions démesurées, malgré les résistances qu'oppose l'industrie alimentaire. En terme d’obésité, la police de Mexico n'est pas à la traîne. «J'étais en mauvaise santé et cela se ressentait dans mon travail. J'étais très fatiguée», explique Graciela Benitez, 36 ans, qui a perdu quelque 10 kilos depuis qu'elle a rejoint le programme. «Avant, je mangeais et j'avais sommeil, j'étais au bout du rouleau dès lors qu'il s'agissait de travailler», ajoute-t-elle. «Maintenant, je ne me fatigue pas, je sens que mon corps est différent», confie Graciela qui vient de terminer une série d'exercices de gymnastique.

Mauricio Barrera, un officier de 26 ans, a également remarqué un changement dans sa journée de 12 heures depuis qu'il a rejoint le programme. «C'est une nouvelle étape. Le programme m'a permis de comprendre que l'obésité est une maladie. Le premier mois a été difficile mentalement et physiquement», dit-il tout fier de l'avoir surmonté. Graciela et Mauricio servent désormais d'exemples à suivre pour leurs semblables et les autorités espèrent qu'ils feront bientôt des émules.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Agent Maouni le 13.12.2019 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Forcement en surpoids tu ne cours derrière personne. Et en combat rapproché tu t’essouffles vite.

  • Claude Mayer le 13.12.2019 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    Le gouvernement luxembouergeois devrait s'en inspirer et mettre ses fonctionnaires à la diète et au sport.

  • Bon sens le 13.12.2019 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un peu extrême sous le soleil non?

Les derniers commentaires

  • Grand Maître le 13.12.2019 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils feraient mieux de s'occuper de la criminalité qui pourrit ce pays.

  • speedy gonzales le 13.12.2019 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    Donc en gros, on verse une prime pour des gens qu'on aurait plutôt du pénaliser avec des prélèvements sur salaires car ils étaient pas efficaces et qu'ils coutaient plus d'argent que leurs collègues sains....

  • Claude Mayer le 13.12.2019 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    Le gouvernement luxembouergeois devrait s'en inspirer et mettre ses fonctionnaires à la diète et au sport.

  • Bon sens le 13.12.2019 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un peu extrême sous le soleil non?

  • Agent Maouni le 13.12.2019 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Forcement en surpoids tu ne cours derrière personne. Et en combat rapproché tu t’essouffles vite.