Belarus

12 août 2020 22:41; Act: 13.08.2020 10:10 Print

Mort d'un deuxième manifestant à Minsk

Les autorités biélorusses ont annoncé mercredi la mort d'un manifestant interpellé lors d'un rassemblement contre la réélection du président Alexandre Loukachenko.

storybild

Lors des trois nuits de protestation précédentes, les forces de sécurité ont arrêté quelque 6 000 personnes à travers le pays. (photo: AFP/Sergei Gapon)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Comité d'enquête, un puissant organe d'investigation, a indiqué qu'un homme de 25 ans était mort dans un hôpital de Gomel (sud) après avoir été arrêté dimanche lors d'une «manifestation non autorisée». Selon cette source, qui ne précise pas la date exacte du décès, sa santé s'est «subitement dégradée» alors qu'il était en détention.

Les heurts ont fait également un mort à Minsk et la police a dit avoir ouvert le feu à balles réelles à Brest (sud-ouest), faisant un blessé. Dans l'hyper-centre de la capitale, les stations de métro ont été fermées mercredi soir et la circulation complètement interdite. De nombreux policiers étaient également déployés dans plusieurs rues principales. Près de la station Ouroutché, au nord-est de Minsk, des manifestants ayant formé une chaîne humaine ont été dispersés et frappés par des policiers, au milieu des cris, selon une journaliste de l'AFP.

«Vous êtes aussi le fils de quelqu'un!»

Des dizaines de femmes ont également formé des chaînes humaines dans d'autres endroits de la capitale pour dénoncer la répression policière visant les protestations contre la réélection le 9 août du président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans. «Vous êtes aussi le fils de quelqu'un!», proclamaient des pancartes portées par une cinquantaine de manifestantes, vêtues de blanc, dans la rue Sourganov, une artère d'habitude très animée de la capitale, ce soir quasiment vide.

Lors des trois nuits de protestation précédentes, les forces de sécurité ont arrêté quelque 6 000 personnes à travers le pays, sans que l'on sache combien sont encore détenues. Depuis dimanche soir, la police use de grenades assourdissantes et de balles en caoutchouc contre les protestataires et au moins 250 blessés ont été admis à l'hôpital. L'accès à internet a par ailleurs été fortement perturbé. De nombreuses scènes de passage à tabac de manifestants ont été diffusées sur les réseaux sociaux, alors que le président Loukachenko a qualifié les protestataires de «chômeurs au passé criminel».

Mercredi, la télévision publique biélorusse a publié un reportage montrant six jeunes manifestants présumés, menottés et le visage tuméfié, disant face à la caméra qu'ils ne «voulaient pas faire la révolution». Voisins du Belarus, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, ont présenté mercredi un plan prévoyant la création d'un «conseil national» réunissant des représentants du gouvernement biélorusse et de la société civile, sous peine de sanctions de Bruxelles. Le président français Emmanuel Macron a lui exprimé sa «très grande préoccupation». Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, la chancellerie allemande Angela Merkel et le Haut-Commissaire à l'ONU aux droits de l'homme ont également dénoncé la répression.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Et toute l'histoire svp? le 13.08.2020 12:14 Report dénoncer ce commentaire

    De quoi était mort le 1er manifestant décédé : l'engin explosif qu'il voulait lancer sur la police lui a explosé... dans les mains! Après on viendra dire que la police est un peu sur les nerfs. Venir encadré une manifestation c'est le job. Se prendre des engins explosifs dessus ce n'est certainement pas leur job. Donc comme d'habitude : ne venez pas provoquer ou agresser si c'est pour venir pleurer ensuite. Et puis à part la femme qui n'a que 10% des votes et ses partisans, personne ne remet concrêtement en cause l'élection. Alors n'ajoutons pas de l'huile sur le feu.

  • Mike le 14.08.2020 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    L'impérialisme de l'Europe et de l'Amérique et sa politique expansionniste rappellent le nazisme. Ce n’est pas non plus surprenant étant donné que l’Union européenne a été conçue à Berlin en 1942 et que toutes les institutions européennes sont exactement celles que le document jugeait nécessaires.

  • vdv le 13.08.2020 00:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Où est le Europe ???? Où est la démocratie ????

Les derniers commentaires

  • Mike le 14.08.2020 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    L'impérialisme de l'Europe et de l'Amérique et sa politique expansionniste rappellent le nazisme. Ce n’est pas non plus surprenant étant donné que l’Union européenne a été conçue à Berlin en 1942 et que toutes les institutions européennes sont exactement celles que le document jugeait nécessaires.

  • Et toute l'histoire svp? le 13.08.2020 12:14 Report dénoncer ce commentaire

    De quoi était mort le 1er manifestant décédé : l'engin explosif qu'il voulait lancer sur la police lui a explosé... dans les mains! Après on viendra dire que la police est un peu sur les nerfs. Venir encadré une manifestation c'est le job. Se prendre des engins explosifs dessus ce n'est certainement pas leur job. Donc comme d'habitude : ne venez pas provoquer ou agresser si c'est pour venir pleurer ensuite. Et puis à part la femme qui n'a que 10% des votes et ses partisans, personne ne remet concrêtement en cause l'élection. Alors n'ajoutons pas de l'huile sur le feu.

    • @Et toute l'histoire le 13.08.2020 14:06 Report dénoncer ce commentaire

      "à part la femme qui n'a que 10% des votes" ah, vous en êtes encore à croire que, comme dans les républiques bananières, le président sortant a forcément et obligatoirement 80-90% des voix et l'opposition les miettes composant le reste ? Eh ben...

  • vdv le 13.08.2020 00:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Où est le Europe ???? Où est la démocratie ????

    • Donovan le 13.08.2020 11:46 Report dénoncer ce commentaire

      Quel rapport ? Faut arrêter toujours à se mêler des problèmes des autres, on a assez chez nous. C'est encore un coup organiser pour faire Ukraine bis. On a assez à payer pour la " liberté " des autres commandés par les grands puissance alors stop, en veut vivre !