Présidentielle en Tunisie

13 septembre 2019 19:15; Act: 13.09.2019 19:26 Print

Nabil Karoui, candidat, reste en prison

Nabil Karoui, un des favoris à l'élection présidentielle de dimanche en Tunisie, est en détention provisoire depuis le 23 août pour blanchiment d'argent.

storybild

Nabil Karoui n'est pour le moment visible que sur ses affiches de campagne. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'un des favoris à l'élection présidentielle de dimanche en Tunisie, Nabil Karoui, reste en prison après une décision de justice vendredi, a annoncé son parti Qalb Tounes. «La Cour de Cassation s'est déclarée incompétente (...) et par conséquent, elle a refusé le recours contre le mandat de dépôt à l'encontre de Nabil Karoui», a indiqué ce parti dans un communiqué.

«C'est une décision concernant la forme: la Cour a refusé de se saisir du fond de l'affaire», a indiqué à l'AFP un de ses avocats, Kamel Ben Messoud. «Il ne pourra pas voter dimanche, même s'il en a le droit», a souligné un autre de ses avocats, Me Nazih Souii, précisant qu'une nouvelle demande de libération serait formulée sous peu. «Il n'y a jamais eu d'urnes en prison, même si certains détenus ont leur droits civiques».

Un candidat très populaire

M. Karoui, un publicitaire poursuivi depuis 2017 pour blanchiment d'argent et évasion fiscale, a été arrêté le 23 août. La date de son arrestation, 10 jours avant le début de la campagne, a suscité des interrogations sur une instrumentalisation de la justice par le politique.

Il a en effet engrangé une forte popularité ces dernières années notamment en organisant des distributions d'aide dans des régions défavorisées, des opérations relayées par la chaîne qu'il a fondée, Nessma.

Accusés de fraude fiscale

M. Karoui, dont la candidature a été validée par l'Isie, l'instance d'organisation des élections, continue à faire campagne par l'intermédiaire de Nessma, de son épouse Salwa Smaoui, et de sa famille. Il a annoncé via son parti s'être mis en grève de la faim, réclamant le droit de pouvoir voter dimanche. Les demandes de libération formulées par ses avocats ont été jusqu'à présent rejetées. M. Karoui et son frère Ghazi sont visés par une instruction judiciaire du pôle financier depuis 2017, après le dépôt par l'ONG anticorruption I-Watch d'un dossier les accusant de fraude fiscale.

Le juge d'instruction chargé de l'enquête avait décidé en juillet le gel de leurs biens et de leurs fonds, et ils sont sous le coup d'une interdiction de quitter le territoire.

Sept millions de Tunisiens sont appelés à voter dimanche pour la deuxième élection présidentielle démocratique de leur histoire, à l'issue d'une campagne qui laisse le suspense entier.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.