En France

24 juin 2019 21:14; Act: 24.06.2019 22:20 Print

Nestlé Waters veut réduire son personnel

VOSGES - Une filiale de la multinationale suisse pourrait se séparer de quelque 120 salariés d'ici 2022, en vue d'améliorer sa compétitivité dans les Vosges.

storybild

L'annonce de Nestlé Waters s'inscrit dans un contexte tendu. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Devant la nécessité d'«améliorer la compétitivité», Nestlé Waters engage une restructuration sur ses sites vosgiens d'embouteillage de Vittel et Contrexéville, en France. Cela pourrait déboucher sur le départ de quelque 120 salariés d'ici 2022, sur un effectif actuel total d'environ un millier de personnes.

«Dans un contexte concurrentiel accru et un marché des eaux en pleine évolution, nous devons améliorer notre compétitivité et nous adapter pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs et des clients», a indiqué lundi à AWP un porte-parole de Nestlé Waters, filiale de la multinationale suisse de l'alimentation, confirmant des informations de médias vosgiens.

Plus de 100 postes impactés

Comme le révèle un communiqué du syndicat CGT, la direction des sites de Vittel et de Contrexéville a présenté le «plan de transformation Vosges 2022» à des représentants du personnel en fin de semaine passée. Le projet impacterait 111,4 postes équivalents temps plein (ETP), se traduisant «par 120 départs de salariés au maximum».

Nestlé Waters précise que ces départs sont envisagés uniquement «sur une base volontaire». Des aménagements de fin de carrière seront ainsi proposés aux employés souhaitant quitter l'entreprise d'ici trois ans. Environ 120 salariés «pourraient être éligibles à ces mesures», précise l'entreprise.

«Retards»

Le plan prévoit en outre une «évolution des outils d'innovation pour répondre aux changements du marché» et «une nouvelle organisation reposant sur des perspectives d'évolution». Un représentant de la CGT, dans Vosges Matin, le qualifie de «très lourd». Il estime que «la charge de travail (après la réduction des effectifs) va retomber sur ceux qui restent» et critique le retard pris dans l'innovation.

Plusieurs réunions sont prévues entre la direction de Nestlé Waters Vosges et les représentants du personnel durant l'été. Les détails doivent être finalisés d'ici fin août. L'objectif de la restructuration, relève Nestlé Waters, est d'assurer la pérennité des activités sur le site.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.