En Israël

19 septembre 2019 07:20; Act: 19.09.2019 09:40 Print

Netanyahu dans l'incapacité de gouverner

Avec plus de 95% des bulletins dépouillés, la droite de Netanyahu obtient 32 sièges, contre 33 à la formation centriste de Benny Gantz.

storybild

Son parti le Likoud obtient 32 sièges, contre 33 à la formation centriste Kahol Lavan («Bleu-blanc») de Benny Gantz. (photo: AFP/Menahem Kahana)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se retrouvait mercredi dans l'incapacité de former un gouvernement, après être arrivé au coude à coude avec son rival Benny Gantz, à l'issue des législatives, ce qui ouvre la voie à des tractations douloureuses pour tenter de former une coalition.

Preuve de l'importance de ces discussions en coulisses, Benjamin Netanyahu a annulé son déplacement prévu dans les prochains jours à l'Assemblée générale de l'ONU en raison du «contexte politique» local, selon des sources officielles.

Pas de majorité

En marge des discussions à l'ONU, Benjamin Netanyahu devait notamment s'entretenir avec son «ami» le président américain Donald Trump d'un possible traité de défense commune. Mais le Premier ministre sortant, au pouvoir sans interruption depuis 10 ans, risque, après avoir joué son va-tout aux élections de mardi, de perdre sa mise pour une rare fois dans sa longue carrière politique.

Avec plus de 95% des bulletins dépouillés, son parti le Likoud obtient 32 sièges, contre 33 à la formation centriste Kahol Lavan («Bleu-blanc») de Benny Gantz. Alors que la Knesset, le Parlement, compte 120 sièges, aucun des deux ne franchit la barre fatidique des 61 députés nécessaire pour avoir une majorité, même avec leurs alliés.

Un large gouvernement «d'union exprimant la volonté du peuple»

«Nous allons attendre les résultats finaux (...) et souhaiter à Israël un gouvernement d'union», a commenté Benny Gantz. S'il plaide pour «un large gouvernement d'union exprimant la volonté du peuple» et s'est dit disposé à parler «avec tout le monde», Benjamin Netanyahu maintient pour sa part une ligne dure et a rencontré les dirigeants de plusieurs petits partis afin de constituer un «bloc» unitaire de droite.

Israël fait selon lui face à deux options : «soit un gouvernement que je dirige, soit un gouvernement dangereux qui repose sur les partis arabes». «Dans ces temps où nous faisons face à d'immenses défis sécuritaires et politiques (...) il faut tout faire pour barrer (la route à) un gouvernement dangereux», a-t-il ajouté.

Fin de «l'ère Netanyahu»?

Dans le système politique israélien, le président consulte les députés qui lui recommandent un chef de gouvernement. Or les partis arabes, hostiles à Benjamin Netanyahu et qui sont en passe de s'imposer comme la troisième force politique à la Knesset, avec douze sièges, ont déjà suggéré qu'ils allaient s'opposer à sa désignation, sans confirmer s'ils allaient soutenir celle de son rival.

«L'ère Netanyahu s'est achevée», a ainsi proclamé Ahmed Tibi, l'un des ténors de la «Liste unie» des partis arabes. «Si Benny Gantz appelle, nous lui communiquerons nos conditions» pour le soutenir, a-t-il ajouté.

Les Palestiniens sont apparus divisés sur l'attitude à tenir: si le chef de la diplomatie palestinienne Riyad al-Maliki a assuré que l'Autorité palestinienne était «prête à s'asseoir» avec le futur Premier ministre, quel qu'il soit, «pour relancer les négociations» entre Israéliens et Palestiniens, au point mort depuis 2014, le président Mahmoud Abbas s'est lui prononcé sans équivoqu : «Notre position: contre Netanyahu».

(L'essentiel//afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sisi le 19.09.2019 08:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les extrémistes sont des mauvaises personnes mal attentionnées

Les derniers commentaires

  • sisi le 19.09.2019 08:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les extrémistes sont des mauvaises personnes mal attentionnées

    • Tatjana le 19.09.2019 21:06 Report dénoncer ce commentaire

      Mieux vaut un président fort comme notre bien aimé Vladimir Vladimirovitch car il combat les extrémistes.