En Israël

19 septembre 2019 15:37; Act: 19.09.2019 16:21 Print

Netanyahu veut un «gouvernement d'union»

Le Premier ministre israélien, qui joue sa survie politique, a pris Israël par surprise, jeudi, en appelant Benny Gantz à la formation d'un gouvernement d'union nationale.

storybild

«Il n'y a pas d'autre choix que de former un gouvernement d'union, aussi large que possible», a déclaré M. Netanyahu. (photo: AFP/Menahem Kahana)

Sur ce sujet
Une faute?

Benny Gantz a répondu vouloir lui aussi un gouvernement d'union, afin de sortir le pays de l'impasse politique. Mais il a ajouté vouloir diriger ce gouvernement, et ainsi prendre la couronne du «roi Bibi».

Ce dernier affirmait encore mercredi que le pays n'avait que deux choix: soit un gouvernement de droite dirigé par lui, soit un «gouvernement dangereux qui repose sur les partis arabes», une attaque indirecte contre M. Gantz qui a promis d'ouvrir des discussions avec les partis arabes dans l'espoir d'arriver à une coalition.

«Il n'y a pas d'autre choix que de former un gouvernement d'union»

Mais, jeudi matin, coup de tonnerre: Benjamin Netanyahu, au pouvoir sans discontinuer depuis une décennie, a changé son fusil d'épaule et proposé des discussions directes avec son principal rival, l'ex général Gantz.

«Lors des élections, j'ai appelé à la mise en place d'un gouvernement de droite. Malheureusement, les résultats des élections montrent que cela n'est pas possible. Le peuple n'a pas tranché entre les deux blocs. Par conséquent, il n'y a pas d'autre choix que de former un gouvernement d'union, aussi large que possible», a déclaré M. Netanyahu, dans un message vidéo.

Les deux hommes se sont serré la main, jeudi, lors d'une cérémonie à Jérusalem marquant le troisième anniversaire de la mort de l'ancien Premier ministre et prix Nobel de la paix Shimon Peres, selon un photographe de l'AFP. Deux jours après les législatives, les résultats - encore provisoires - créditent le Likoud de M. Netanyahu de 31 sièges sur les 120 de la Knesset, le Parlement israélien, contre 33 pour le parti Kahol Lavan ("bleu-blanc") de Benny Gantz.

(L'essentiel/afp)