Abus de pouvoir?

24 janvier 2011 13:56; Act: 24.01.2011 17:02 Print

Nicolas Schmit se défend

LUXEMBOURG – Plusieurs sites luxembourgeois ont publié lundi l’intégralité du rapport de l’audition du fils du ministre Nicolas Schmit au Centre d’intervention de Luxembourg.

Sur ce sujet
Une faute?

L’intégralité du rapport de l’audition mis en ligne lundi spécifie notamment que le ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Immigration aurait tenté d’influencer les agents de la police grand-ducale pour favoriser son fils. Le ministre s’en défend.

Pour mémoire: Nicolas Schmit avait accompagné son fils de 18 ans le 15 décembre dernier à une audition au Centre d’intervention de Luxembourg de la police Grand-Ducale. Il était reproché au fils des outrages à agents publics. Le procès-verbal de l’audition qui a maintenant été rendu public rapporte clairement que le ministre aurait tenté d’influencer les agents.

Empressement à violer des règles de confidentialité

Dans un communiqué l’intéressé s’étonne: «Le rapport devait être publié en annexe à la question parlementaire ensemble avec ma prise de position. Je note que ma réaction transparente et rapide est même dépassée par la célérité et l’empressement avec lesquels certains arrivent à violer des règles de confidentialité élémentaires».

Nicolas Schmit a rappelé qu’il n’avait accompagné son fils qu’en sa qualité de père. «Je me faisais du souci et voulais connaitre la nature des reproches que la Police Grand-Ducale lui avait adressé.» Dans une lettre adressée par son conseil, Me Albert Rodesch, le ministre avait déjà fait savoir le 18 janvier dernier en réponse à l’accusation de la tentative de prise d’influence. «Je me suis posé à haute voix la question si les évènements - qui ont mobilisé, à un certain moment, six agents - justifiaient l'investissement en temps et en moyens humains consacrés»

L’essentiel Online/ks

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • deen, deen mam Frontalier danzt le 24.01.2011 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le seul et unique but des évaluations que les politiciens veulent imposer aux fonctionnaires. "N'ose pas inculper le fils du Ministre ou ta carrière est terminée!"

  • Fair-play le 25.01.2011 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Comme Schleck, ce ministre innocent se rue chez le même avocat, qui influence les lois au Conseil d'Etat. Sa menace de limiter les effectifs de la police est réalisable. Rappelons que c'est un jeune ministre ancien diplomate. M.Juncker n'est pas diplomate. Si une affaire d'Etat le dérange, il n'a pas besoin de proférer des menaces - un coup de fil suffit pour que l'avocat laisse tomber son client

  • le frontalier le 24.01.2011 17:21 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle honte pour le POSL!! Quelle arrogance de ce ministre envers la police !! et les citoyens de Luxembourg

Les derniers commentaires

  • mathias alfred le 26.01.2011 16:00 Report dénoncer ce commentaire

    Que celui, qui n'a pas encore essayé à détourner la vérité ou à chercher son avantage, se lève et jette la première pierre....

  • mathias alfred le 26.01.2011 15:27 Report dénoncer ce commentaire

    L'année passée une policière a arrèté mon épouse avec gyrophare et sirène devant la CNS Hollerich pour avoir roulé une longueur de voiture sur la piste du bus avant de tourner à droite vers le parking CNS. En s'apercevant que mon épouse est francophone elle demandait à voix élevée,agressive:"Est-ce-que vous étes un bus,montrez vos papiers,ça va couter 70euros etc. Le son fait la musique...........

  • Fair-play le 25.01.2011 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Comme Schleck, ce ministre innocent se rue chez le même avocat, qui influence les lois au Conseil d'Etat. Sa menace de limiter les effectifs de la police est réalisable. Rappelons que c'est un jeune ministre ancien diplomate. M.Juncker n'est pas diplomate. Si une affaire d'Etat le dérange, il n'a pas besoin de proférer des menaces - un coup de fil suffit pour que l'avocat laisse tomber son client

  • soutien le 24.01.2011 23:13 Report dénoncer ce commentaire

    Au delà de tous les commentaires, moi je repose la question "et la police" ? On la voit souvent foncer à 15 pour un chien qui aboie... rien d'autre à faire ??

  • sirius le 24.01.2011 21:56 Report dénoncer ce commentaire

    Dans la majorité des cas c'est comme même les policiers qui exercent l'excès d'autorité vis à vis des concitoyens souvent par un ton impoli et agressif, alors sincèrement Ministre ou pas moi ça m'est égal et j'aurai également été au commissariat réconforter mon enfant car je pense plutôt ces flics voulaient faire les malins avec leur autorité mais sont tout simplement tombés sur un fils du Ministe