En Asie

02 décembre 2019 21:06; Act: 03.12.2019 10:21 Print

Préparatifs au Népal pour un sacrifice d'animaux

Le plus grand sacrifice d'animaux au monde aura lieu dès mardi, au Népal, à la Fête de Gadhimai, malgré de nombreuses contestations.

storybild

Des fidèles hindous arrivent lundi à la fête de Gadhima dans le village de Bariyarpur au Népal. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des milliers de fidèles hindous étaient rassemblés lundi, au Népal, pour une fête religieuse considérée comme la plus grande cérémonie de sacrifice rituel d'animaux au monde, malgré des décisions de justice et des appels d'opposants à cette pratique pour empêcher l'événement.

Ces sacrifices, qui doivent débuter mardi, ont lieu tous les cinq ans dans le village de Bariyarpur, près de la frontière avec l'Inde, en hommage à la déesse hindoue de la puissance. Quelque 200 000 bêtes, allant de la chèvre au rat, ont été tuées lors des deux journées de la précédente fête de Gadhimai en 2014, et les préparatifs allaient bon train lundi soir.

Adversaires de la cérémonie

Parmi les participants, Sabu Sahani, 25 ans, est venu avec sa famille depuis l'Inde, avec une chèvre à offrir en sacrifice. «Je suis heureux d'être ici. La déesse m'a entendu. Nous n'avions pas d'enfant, mais maintenant mon épouse a donné naissance à une fille», dit-il à l'AFP.

Des négociants informels et des pèlerins traversant la frontière avec l'Inde fournissent la plupart des bêtes, dont un grand nombre sont saisies aux points de passage par les autorités indiennes et des volontaires.

La responsabilité des fidèles

Les espoirs des adversaires de cette pratique vieille de plusieurs siècles ont été renforcés, après une décision de bannir cette cérémonie sacrificielle émise par les autorités du temple de la déesse en 2015, et un jugement de la Cour suprême du Népal, l'année suivante, demandant au gouvernement de la décourager. Mais selon les défenseurs des animaux, ni les autorités, ni les responsables du site religieux n'ont respecté ces décisions.

«Les officiels ont privilégié leurs croyances personnelles par rapport aux décisions de justice, et n'en ont pas fait assez pour décourager les massacres», affirme l'un de ces défenseurs, Manoj Gautam. Un religieux local, Mangal Chaudhary - dont la famille officie au temple depuis dix générations - n'a pas fait de commentaire pour dire si cette institution soutenait les sacrifices cette année, mais a assuré que le nombre de participants était en augmentation.

«Nous allons continuer nos traditions et pratiquer les rituels dans le temple. Mais ce que les fidèles font à l'extérieur est de leur propre responsabilité», estime-t-il. Selon la légende, les premiers sacrifices à Bariyarpur ont été pratiqués il y a plusieurs siècles, après que la déesse Gadhimai fut apparue en songe à un prisonnier pour lui demander de lui élever un temple.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LeGrilleur le 02.12.2019 23:45 Report dénoncer ce commentaire

    Et après, avec tous ces animaux, ils font des bbq ?

  • Duc le 02.12.2019 22:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me demande bien combien d animaux sont sacrifiés voire torturés ici en Europe occidentale chaque jour..

Les derniers commentaires

  • LeGrilleur le 02.12.2019 23:45 Report dénoncer ce commentaire

    Et après, avec tous ces animaux, ils font des bbq ?

  • Duc le 02.12.2019 22:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me demande bien combien d animaux sont sacrifiés voire torturés ici en Europe occidentale chaque jour..

    • Censuré 57 le 03.12.2019 10:08 Report dénoncer ce commentaire

      @Duc : Une petite nuance quand même : en Europe occidentale ces "animaux sacrifiés" sont destinés à finir dans les assiettes... Dans le cas de cette "fête" au Nepal, par contre, j'ai des doutes...

    • maurice le 03.12.2019 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      Les sacrifices existent depuis la nuit des temps. Les diverses croyances les pratiquent couramment. Il n'y a rien de catastrophique à çà ! Si vous poussez le bouchon plus loin, les incas avaient des rites avec sacrifices humains ainsi que dans d'autres pays du globe. Alors ne nous bassinez pas avec les sacrifices d'animaux !