Explosions de Beyrouth

11 août 2020 15:43; Act: 11.08.2020 17:32 Print

Il a fallu 20 minutes «avant qu'elle ne bouge»

L'Unicef a mis en avant le «traumatisme» subi par les tout-petits, soulignant le besoin de prise en charge, après la double explosion qui a secoué le Liban.

storybild

L'explosion meurtrière et dévastatrice du port il y a une semaine a généré d'importantes séquelles psychologiques. (photo: AFP/str)

Sur ce sujet
Une faute?

«Maman, je veux pas mourir», a crié le fils de Hiba, six ans, en voyant du sang sur ses jambes. Pour lui, comme pour la grande majorité des enfants de Beyrouth, l'explosion meurtrière et dévastatrice au port il y a une semaine a généré d'importantes séquelles psychologiques.

L'Unicef a évoqué le «choc» et le «traumatisme» subis par les tout-petits, soulignant le besoin de prise en charge. Le drame du 4 août a fait au moins 160 morts et plus de 6 000 blessés, ainsi que des centaines de milliers de sans-abri, dont 100 000 enfants selon l'organisation onusienne. Hiba se trouvait avec son fils et sa fille, un nourrisson de seize jours, dans le salon de leur appartement d'un quartier central de Beyrouth, quand la déflagration a déchiré la capitale.

«Coronavirus et une explosion?»

«J'ai eu l'impression que tout le verre de la maison valsait autour de nous», se souvient la maman de 35 ans. Son fils s'est pétrifié. «Quand il a vu le sang couler sur ses jambes, il était sous le choc. Il a commencé à hurler «Maman, je veux pas mourir», avant de se jeter dans ses bras. Reprenant elle-même difficilement ses esprits, Hiba a tenté de le calmer.

«Il m'a répondu "c'est quoi cette vie? Coronavirus et une explosion?"», poursuit-elle. «Imaginez, un enfant de six ans qui vous pose cette question». Et son bébé a perdu connaissance. Il a fallu vingt minutes «avant qu'elle ne commence à bouger ou à pleurer», raconte la mère qui, sous le choc, n'a pour un temps plus produit de lait. Elle a pu recommencer l'allaitement mais la quantité étant insuffisante, elle doit utiliser du lait en poudre. Hiba empêche son fils de regarder les informations et tente de l'occuper en permanence avec ses jouets dans sa chambre.

Anxiété

Et elle a cherché des conseils sur internet pour savoir comment lui parler, le plus simplement possible et sans le traumatiser. «Il sursaute dès qu'il entend un bruit», précise-t-elle. «Je passe beaucoup de temps avec lui, au cas où il aurait besoin de parler». Noura, 34 ans, s'est aussi tournée vers internet pour savoir comment se comporter avec ses fils de trois et quatre ans. Elle leur a expliqué à quel point elle avait eu peur, détaillant précisément ce qu'elle avait ressenti.

Jusque sur les réseaux sociaux, le traumatisme est palpable. Une vidéo virale filmée par la baie vitrée d'un bâtiment montre la fumée s'élever après une première explosion au port, avec en fond sonore les voix d'une famille. Mais tout bascule après la seconde déflagration, la plus puissante, qui vraisemblablement souffle les vitres de l'appartement bourgeois. «Maman, je ne veux pas mourir», répète, terrorisée, la même petite voix étreinte de sanglots. La mère d'une fillette de trois ans, qui a succombé à ses blessures, a ému sur les télévisions libanaises: «Je veux m'excuser auprès d'Alexandra, car je ne l'ai pas fait partir du Liban» en crise.

Dans les hôpitaux saturés de la capitale sinistrée, les correspondants de l'AFP ont vu des dizaines d'enfants blessés, le visage et les vêtements couverts de sang, bien souvent muets car sous le choc. «Des enfants vont souffrir d'anxiété. N'importe quel bruit fort va leur faire craindre une répétition du drame. Ils vont avoir peur de quitter leurs parents, au point de ne pas vouloir aller aux toilettes seuls», relève la psychologue Sofia Meemari.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.