Vol MH370

11 juillet 2019 13:54; Act: 11.07.2019 14:15 Print

«Quelqu'un était aux commandes» jusqu'à la fin

La justice française, la dernière à enquêter sur la disparition du Boeing 777 de Malaysia Airlines, a réalisé une avancée significative: la thèse du suicide du pilote se précise.

Sur ce sujet
Une faute?

La France est le dernier pays à encore enquêter sur le plus grand mystère de l'aviation civile: la disparition du vol MH370, survenue le 8 mars 2014. La justice hexagonale est compétente en raison de la présence à bord de trois de ses ressortissants. Alors qu'en juillet 2018, l'équipe internationale d'investigation menée par la Malaisie rendait son rapport en indiquant que la véritable cause de la disparition du Boeing 777 n'avait pas pu être établie, l'affaire semble connaître un nouvel élan.

Selon Le Parisien, les enquêteurs français ont récemment pu amasser de précieuses informations lors d'une visite au siège de Boeing, à Seattle (États-Unis). L'équipe a notamment pu mettre la main sur les données satellites de l'avion. Il lui faudra désormais environ un an de travail pour les décortiquer et les analyser. Lors de leur voyage outre-Atlantique, les enquêteurs français ont par ailleurs pu déterminer que le vol MH370 avait été piloté jusqu'au bout: il y a avait bel et bien quelqu'un aux commandes quand l'appareil s'est crashé dans l'océan Indien.

La thèse d'un suicide du pilote, déjà évoquée par plusieurs experts et récemment relancée par le journaliste et ex-pilote William Langewiesche, semble se préciser. «Certains virages anormaux réalisés par le 777 ne peuvent avoir été réalisés qu'en manuel. Quelqu'un était donc aux commandes», explique une source proche de l'enquête. Zaharie Ahmad Shah a-t-il volontairement précipité l'avion vers un destin tragique? «Il est trop tôt pour l'affirmer catégoriquement. Mais rien n'accrédite que quelqu'un d'autre ait pu entrer dans le cockpit», poursuit cette source.

«Plusieurs listes de passagers contradictoires»

Pilote expérimenté, le Malaisien ne présentait pas un profil suicidaire, mais il était un fervent opposant au parti politique au pouvoir dans son pays. La veille de la disparition du MH370, il avait prévu d'aller assister au procès d'Anwar Ibrahim, leader de l'opposition de centre-gauche malaisienne. «C'est très complexe et intime, les causes d'un suicide», glisse un «bon connaisseur du dossier». Dans leur rapport final, les autorités malaisiennes semblaient pourtant mettre hors de cause le commandant de bord. «Ce n'est pas étonnant. La Malaisie n'a aucun intérêt à incriminer la compagnie aérienne nationale», estime la source.

Des zones d'ombre et des incohérences persistent. La piste terroriste et celle d'un sabotage ont été exploitées, mais les autorités n'ont rien pu prouver. «On se rend compte qu'il y a plusieurs listes de passagers contradictoires, par exemple sur le placement des passagers», indique Ghyslain Wattrelos, le Français qui a perdu sa femme et deux de ses enfants dans le drame. Il y a aussi cet étrange chargement de 89 kilos rajouté sur la liste de vol après le décollage. Un conteneur était également surchargé, sans que l'on en connaisse les raisons. «C'est peut-être de l'incompétence ou une manipulation. Tout est possible. Ça fera partie des questions à poser aux Malaisiens», conclut M. Wattrelos.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fronta le 11.07.2019 22:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si un des membres de votre famille avait été à bord vous n'auriez pas ce discours... Il faut voir plus loin que sa propre petite personne

  • coucou le 11.07.2019 23:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans l'aviation, on essaie toujours de découvrir les raisons d'un crash. C'est pour améliorer la sécurité, finalement économiser de l'argent et surtout des vies humaines.

  • voile le 11.07.2019 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Effectivement, cela a coûté la vie de personnes. N’est-ce pas suffisant?

Les derniers commentaires

  • Salva le 12.07.2019 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout n’est pas qu’une question d’argent , si j’avais de la famille décédé sur ce vol j’aimerai savoir exactement ce qui s’est passé c’est tout à fait légitime , il y a des choses bien plus absurdes qui coûtent cher au contribuable français.. les magouille de nos ministres par exemple ....

  • Idiote le 12.07.2019 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Le fait que "le vol MH370 avait été piloté jusqu'au bout" n'affirme en aucun cas la thèse du suicide d'un avion. En cas de défaillance, avarie, ou autre je ne sais quoi, le pilote DOIT piloté jusqu'au bout. Il faut arrêter de croire que le pilotage automatique sait tout faire.

    • Loupiotte le 12.07.2019 10:05 Report dénoncer ce commentaire

      Bien d'accord. mais le pilote étant mort, c'est facile de le charger. Je pense qu'on ne saura jamais vraiment ce qu'il s'est passé malheureusement.

  • coucou le 11.07.2019 23:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans l'aviation, on essaie toujours de découvrir les raisons d'un crash. C'est pour améliorer la sécurité, finalement économiser de l'argent et surtout des vies humaines.

  • Fronta le 11.07.2019 22:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si un des membres de votre famille avait été à bord vous n'auriez pas ce discours... Il faut voir plus loin que sa propre petite personne

  • @uri le 11.07.2019 21:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La mort de ces pauvres gens, vous définissez cela « pas grand chose » et si un membre de votre famille se trouvait à bord?