En Égypte

10 février 2020 17:27; Act: 10.02.2020 17:43 Print

Radié pour harcèlement sexuel sur 120 élèves

Un instituteur égyptien a été radié de l’Éducation nationale, reconnu coupable par la justice de harcèlement sexuel sur 120 élèves d'une école primaire.

storybild

Les faits «remontent à 2013». (photo: Pexels/Illustratiion)

Sur ce sujet
Une faute?

Un instituteur égyptien a été radié de l’Éducation nationale, reconnu coupable par la justice de harcèlement sexuel sur 120 élèves d'une école primaire, a annoncé lundi le ministère égyptien de l’Éducation nationale. La Haute Cour administrative du Caire «a prononcé la radiation de l'enseignant dimanche» pour des faits qui «remontent à 2013», a indiqué le secrétaire adjoint au ministère, M. Youssef al-Dib.

L'instituteur a harcelé 120 fillettes scolarisées dans une école primaire du gouvernorat d'Alexandrie (nord), où les élèves sont âgés entre 6 et 11 ans, selon la Haute Cour. Lorsque le jugement a été rendu, il avait déjà été licencié de son établissement sur décision de la direction de l'école. Dans son verdict, la Haute Cour administrative a aussi rejeté l'appel de l'enseignant, qui avait contesté son limogeage.

Phénomène courant

Invité dimanche soir d'un talk-show très suivi sur la chaîne de télévision MBC Misr, le ministre de l’Éducation nationale Tarek Chawki a affirmé que son ministère faisait «beaucoup de choses pour lutter contre le harcèlement mais celles-ci ne sont pas rendues publiques par respect pour les personnes concernées.» Des rapports des Nations unies parus ces dernières années ont établi qu'une grande majorité des Égyptiennes ont été victimes de harcèlement.

Malgré l'adoption d'une loi criminalisant ces pratiques en 2014, le harcèlement sexuel - verbal et physique - demeure un phénomène courant en Égypte.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hypocrite le 10.02.2020 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    "Phénomène courant" triste pays. Un peu comme l'Inde. Aucune considération pour l'être féminin.

  • BonDebut le 10.02.2020 18:42 Report dénoncer ce commentaire

    Oui cest triste. La seule nuance cest quen Egypte ils sont radiés à vie mais en france on les change simplement d'établissement...a méditer

Les derniers commentaires

  • BonDebut le 10.02.2020 18:42 Report dénoncer ce commentaire

    Oui cest triste. La seule nuance cest quen Egypte ils sont radiés à vie mais en france on les change simplement d'établissement...a méditer

  • Hypocrite le 10.02.2020 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    "Phénomène courant" triste pays. Un peu comme l'Inde. Aucune considération pour l'être féminin.

    • Léon le 10.02.2020 19:10 Report dénoncer ce commentaire

      A éviter tous ces pays