Au Liban

05 août 2020 18:10; Act: 06.08.2020 09:50 Print

Retour en images sur la tragédie de Beyrouth

La capitale du Liban a été frappée par deux explosions mardi soir, provoquant des milliers de blessés et plus 100 morts. Retour sur ce drame en images et en vidéos.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le Liban vit un véritable cauchemar depuis que sa capitale a été frappée par deux explosions mardi soir. Vers 18h, quand certains citoyens de Beyrouth rentraient du travail ou que d'autres profitaient de moments en famille ou entre amis, un entrepôt contenant quelque 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium près du port a soudainement explosé, détruisant presque tout aux alentours. Aussi impressionnantes qu'elles soient, les images et vidéos des explosions ont fait le tour du monde.

Le bilan (au moins 113 morts et plus de 4 000 blessés) pourrait encore s’alourdir dans les heures à venir. Les explosions, dont le souffle a été ressenti jusque sur l'île de Chypre, à plus de 200 kilomètres de là, ont été enregistrées par les capteurs de l'institut américain de géophysique (USGS) comme un séisme de magnitude 3,3.

Un réveil dans la douleur ce mercredi matin pour les habitants de la ville Beyrouth, qui se trouve complètement dévastée. Malgré le choc, une grande solidarité s'est mise en place entre les citoyens, pour retrouver les disparus et transporter les blessés les plus graves vers les hôpitaux les plus proches. Au lendemain de la double explosion, les ruines de la ville sont encore fumantes. Même avec le soutien de nombreux pays, il faudra beaucoup de temps à Beyrouth pour renaître de ses cendres.

(mm/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mic le 06.08.2020 02:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Heu ..... la France n’est pas plus grangrénée que d’autres pays et .... il y a quelques années la même chose est arrivée à Toulouse ! Arrêtez vos commentaires gratuits et fondés sur rien ! Non le mal n’est pas partout ! C’est lourd à force ! Courage aux Libanais ! Condoléances aux familles en deuil.

  • le canard enchaîné le 05.08.2020 22:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cest pour l'agriculure même avec des mesures de sécurité le risque zéro n'existe pas

  • revolutionnaire le 06.08.2020 05:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    courage bon établissement à eux

Les derniers commentaires

  • revolutionnaire le 06.08.2020 05:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    courage bon établissement à eux

  • Mic le 06.08.2020 02:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Heu ..... la France n’est pas plus grangrénée que d’autres pays et .... il y a quelques années la même chose est arrivée à Toulouse ! Arrêtez vos commentaires gratuits et fondés sur rien ! Non le mal n’est pas partout ! C’est lourd à force ! Courage aux Libanais ! Condoléances aux familles en deuil.

  • sami le 06.08.2020 00:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    que dieu les aident, prions pour eux!!!!

  • le canard enchaîné le 05.08.2020 22:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cest pour l'agriculure même avec des mesures de sécurité le risque zéro n'existe pas

  • Corruption le 05.08.2020 19:24 Report dénoncer ce commentaire

    Pays gangréné par une corruption galopante à tous les niveaux de pouvoir c'est pas pour rien que le PDG de Renault y est réfugié. Plus de 2700 tonnes de nitrate d'ammonium stocké sans aucune mesure de sécurité étonnant que ça n'aie pas pété plus tôt.