Au Royaume-Uni

18 septembre 2019 07:42; Act: 18.09.2019 12:39 Print

Seconde arrestation dans l'affaire du WC volé

Après avoir interpellé puis relâché un sexagénaire, la police a porté son attention sur un trentenaire qu'elle a aussi remis en liberté mais qui reste suspect.

storybild

Le visiteur pouvait s'y soulager. Oui, mais sur réservation seulement. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un deuxième suspect a été arrêté dans l'enquête sur le vol de toilettes en or massif de l'artiste italien Maurizio Cattelan lors d'une exposition dans un palais du sud de l'Angleterre, a annoncé mardi la police. L’œuvre n'a toutefois pas encore été retrouvée.

Le suspect, un homme de 36 ans a été remis en liberté, mais il reste sous le coup de l'enquête. Avant lui, un autre homme, âgé lui de 66 ans, avait été rapidement interpellé, puis remis en liberté sous caution. «Notre priorité est de localiser l'objet volé», a déclaré le chef de l'enquête, lançant un appel à témoins.

Plusieurs millions d'euros

Baptisée «America», l’œuvre en or 18 carats, d'une valeur de plusieurs millions d'euros, comprend siège, cuvette et chasse d'eau opérationnels. Le vol, commis samedi, a ainsi occasionné d'importants dégâts dans le château de Blenheim, où il était exposé.

L’œuvre est présentée comme égalitariste par l'artiste Maurizio Cattelan: «De l'art du 1% (comprenant les personnes les plus riches de la planète) pour les 99 autres pour cents«. Les visiteurs pouvaient s'y soulager, à la condition d'avoir préalablement réservé un créneau de trois minutes.

Ces toilettes avaient été exposées pour la première fois au musée Guggenheim de New York, où elles avaient été utilisées par quelque 100 000 personnes entre septembre 2016 et l'été 2017.

(L'essentiel/nxp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).