En Allemagne

26 janvier 2020 18:13; Act: 26.01.2020 18:14 Print

Sept bombes de la 2e guerre mondiale sur le site de Tesla

La police allemande a annoncé dimanche que des démineurs avaient dû neutraliser sept bombes de la Seconde guerre mondiale sur le futur site européen de Tesla, prés de Berlin.

storybild

Le constructeur de voitures électriques Tesla a acheté la semaine dernière un terrain de 300 hectares à Gruenheide, à l'est de Berlin (photo: AFP/Kenzo Tribouillard)

Sur ce sujet
Une faute?

L'opération de déminage s'est déroulée «sans aucun problème», a déclaré un porte-parole de la police à l'agence de presse DPA. Les bombes étaient relativement petites et avaient été larguées par des bombardiers américains pendant le conflit.

Le constructeur de voitures électriques Tesla a acheté la semaine dernière un terrain de 300 hectares à Gruenheide, à l'est de Berlin, pour 40,9 millions d'euros. Tesla prévoit que l'usine, sa première en Europe, commencera à fonctionner en 2021 et produira à pleine capacité 500 000 véhicules par an, dont des SUV Model Y et des berlines Model 3.

Le projet a été critiqué à cause de sa localisation dans une zone boisée, ses détracteurs affirmant que l'opération de déboisement pourrait nuire à la faune locale et à l'approvisionnement en eau potable. Le patron de Tesla Elon Musk a fait valoir de son côté qu'il ne s'agit pas d'une zone naturellement boisée et que l'usine n'en occupera «qu'une petite partie».

Le groupe, né en 2003, a pris une nette avance dans la voiture électrique, considérée, avec le véhicule autonome, comme l'avenir de l'automobile au moment où les politiques environnementales sont durcies à travers le monde. Si ses premiers modèles - la berline Model S, le SUV Model X - sont onéreux, Tesla s'est lancé ensuite dans la production de masse avec le Model 3, dont le prix de base de 35 000 dollars permet de séduire les classes moyennes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Manu Dugrez le 26.01.2020 20:06 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a vendu son âme aux chinois et en plus aucun service après vente impossible d'avoir des pièces etc..

  • la trois le 26.01.2020 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'était un signe.... il fallait laisser construire puis tout faire péter

  • Dylan le 26.01.2020 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être le début de la fin de VAG?

Les derniers commentaires

  • Dylan le 26.01.2020 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être le début de la fin de VAG?

  • Manu Dugrez le 26.01.2020 20:06 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a vendu son âme aux chinois et en plus aucun service après vente impossible d'avoir des pièces etc..

    • Dylan le 26.01.2020 21:38 Report dénoncer ce commentaire

      Alors, je commence par préciser que je ne cautionne pas non plus ce marché fermé auquel Tesla s'adonne. Ceci dit et vu les dangers liés aux batteries et à la haute tension, je pense quand-même que c'est mieux que d'avoir des kékés bosser sur des véhicules high-tech en utilisant des pièces aux origines douteuses.

    • Meuh non ?! le 27.01.2020 08:12 Report dénoncer ce commentaire

      Fermé ? Il vend ses technologies aux grands groupes déjà, Mercedes en l'occurence. Du pur capitalisme, mais du "bon" capitalisme.

  • la trois le 26.01.2020 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'était un signe.... il fallait laisser construire puis tout faire péter