À Strasbourg

05 décembre 2019 17:28; Act: 06.12.2019 11:19 Print

Un salarié des «DNA» s'est suicidé

STRASBOURG - Un salarié du quotidien alsacien «Dernières Nouvelles d'Alsace» (DNA) s'est jeté du 4e étage de la rédaction de Strasbourg.

storybild

L'homme s'est jeté du 4e étage. (photo: Google map)

Sur ce sujet
Une faute?

Un salarié des Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), propriété du groupe Ebra, s'est suicidé jeudi au siège du quotidien régional à Strasbourg, a-t-on appris auprès de la direction et des syndicats, ces derniers s'interrogeant sur un possible lien entre ce drame et les restructurations au sein du groupe.

«Nous sommes tous très touchés (...) Mes pensées (...) vont vers la famille, ses proches et ses collègues», a indiqué à l'AFP Laurent Couronne, directeur général des DNA et de L'Alsace, deux des neuf titres du groupe de presse.

Une minute de silence

Une «cellule médicopsychologique a été mise en place au sein du journal», a-t-il ajouté, précisant qu'en «signe de deuil», les DNA ne seront pas imprimées jeudi soir et ne paraîtront donc pas en version papier vendredi. Le salarié, qui travaillait au service maintenance, était âgé de 43 ans et père de deux enfants. Il a sauté du 4e étage du siège des DNA, dans le centre de Strasbourg, selon une source syndicale, confirmant une information de France Bleu Alsace. Les salariés du siège ont observé une minute de silence, selon la radio. Ceux «qui souhaitaient se recueillir» ont été autorisés jeudi à «quitter leur poste de travail», a indiqué M. Couronne.

Lors de la manifestation strasbourgeoise contre la réforme des retraites, les manifestants ont également respecté une minute de silence, selon une journaliste de l'AFP. Un comité social économique extraordinaire a été réuni jeudi matin aux DNA, selon la source syndicale. Le président du groupe Ebra, Philippe Carli, a assisté à ce comité, a indiqué M. Couronne, également présent.

«Signes d'épuisement»

«C'est un suicide sur un lieu de travail, donc on a tendance à faire un lien avec les conditions de travail», a indiqué une autre source syndicale à l'AFP, invitant toutefois à attendre les conclusions de l'enquête sur les causes de ce suicide. «La personne concernée n'était pas du tout concernée par les restructurations en cours», a toutefois souligné M. Couronne. «On a fait de multiples alertes en CHSCT depuis des mois (...) sur les conditions de travail, sur les problèmes de fonctionnement dans les différents services», a expliqué la source syndicale. «On est tous très affectés».

«Tout le service maintenance (où travaillait le salarié) donne des signes d'épuisement depuis des mois, voire des années», a indiqué à l'AFP Nadia Slimani, de la Filpac-CGT, pointant les restructurations en cours au sein du groupe: «Réductions d'effectifs, changements d'horaires» et le fait que, désormais, «tout le monde fait tout».

Centaine de licenciements

«On est dans des restructurations lourdes, l'humain ne compte pas du tout, il n'y a que l'économie qui compte»", a poursuivi Sandrine Debenath, déléguée CGT au journal L'Alsace.

En juin, le groupe Ebra (DNA, L'Alsace, Républicain Lorrain, Est Républicain, Dauphiné Libéré...) avait annoncé son intention de supprimer 386 postes dans les services création graphique, pagination, annonces légales, trafic digital, relations clientèle et maintenance informatique. Parallèlement, 284 postes seraient créés dans une entité prestataire dans laquelle les salariés du groupe pourraient être reclassés. In fine, cette restructuration, que la direction souhaitait mettre en œuvre au 1er janvier 2021, conduirait «à une centaine de licenciements».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • evident le 06.12.2019 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Économie quand tu nous tiens. Hélas ce genre de comportement risque d'augmenter avec les futures réformes. Pensées à la famille de cette personne.

  • Money le 06.12.2019 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    C'est très triste mais les groupes de presse écrite sont actuellement en surcapacité. Certains journaux "jeunes" (l'essentiel, 20minutes etc.) se sont développé en parallèle sur un modèle papier gratuit et un modèle digital très performant (dédicace à l'équipe de lessentiel.lu). Ce modèle est viable mais les "vieux" journaux (DNA, figaro, parisien etc.) étaient basé sur un modèle économique où les ventes de journaux étaient la principale source de revenu et ça c'est fini d'où leurs difficultés économiques.

  • De pire en pire le 06.12.2019 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    Nous vivons une époque de gros changements, où seul le profit compte ; les suicides sont nombreux depuis des années, mais rien ne change vers le mieux.

Les derniers commentaires

  • De pire en pire le 06.12.2019 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    Nous vivons une époque de gros changements, où seul le profit compte ; les suicides sont nombreux depuis des années, mais rien ne change vers le mieux.

  • Money le 06.12.2019 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    C'est très triste mais les groupes de presse écrite sont actuellement en surcapacité. Certains journaux "jeunes" (l'essentiel, 20minutes etc.) se sont développé en parallèle sur un modèle papier gratuit et un modèle digital très performant (dédicace à l'équipe de lessentiel.lu). Ce modèle est viable mais les "vieux" journaux (DNA, figaro, parisien etc.) étaient basé sur un modèle économique où les ventes de journaux étaient la principale source de revenu et ça c'est fini d'où leurs difficultés économiques.

  • evident le 06.12.2019 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Économie quand tu nous tiens. Hélas ce genre de comportement risque d'augmenter avec les futures réformes. Pensées à la famille de cette personne.

    • Rien d'évident le 06.12.2019 14:01 Report dénoncer ce commentaire

      Instrumentaliser ce suicide pour faire du militantisme anti-réforme sur les retraites est très petit ... Vous savez au fond de vous que cela n'a rien à voir et adresser vos pensées à la famille ne rendra pas pour autant votre commentaire plus décent.