Visioconférences

21 octobre 2020 08:29; Act: 21.10.2020 09:57 Print

Sur Zoom, les «accidents» intimes se multiplient

Avec l’essor des visioconférences devenues omniprésentes en ces temps de pandémie, les situations gênantes, voire scabreuses, ont également pris l’ascenseur.

storybild

La chronique des aléas des visioconférences s’est étoffée avec la pandémie et le travail à domicile. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un chroniqueur du prestigieux magazine The New Yorker filmé sans le savoir sur Zoom le sexe à l’air: une mésaventure qui s’ajoute à une série d’«accidents» sur la plateforme, illustrant les aléas de ces visioconférences devenues omniprésentes en ces temps de pandémie. Jeffrey Toobin, 60 ans, s’est excusé lundi après avoir été suspendu par le New Yorker: selon des sources citées par Vice News, il a été surpris en train de se masturber la semaine dernière lors d’une visioconférence avec des collègues du magazine et d’une radio new-yorkaise.

Le scandale se serait produit lors d’une pause de cette réunion dédiée à la préparation de la présidentielle du 3 novembre: le juriste et éditorialiste, auteur de plusieurs livres politiques et consultant régulier sur la chaîne CNN, a été filmé alors qu’il pensait «ne plus être visible» par ses collègues.

«J’ai commis une erreur honteusement stupide, en croyant être hors champ. Je présente mes excuses à ma femme, ma famille, mes amis et collègues», a-t-il déclaré à Vice. Outre sa suspension du magazine, il va aussi disparaître de CNN pour une durée non précisée. La chaîne a indiqué qu’il allait s’absenter «pour s’occuper de problèmes personnels».

Un parlementaire dans la tourmente

D’autres moments choquants ou surprenants ces derniers mois sont venus alimenter la chronique des aléas des visioconférences, qui se sont généralisées avec la pandémie et le travail à domicile. Le mois dernier, un parlementaire argentin a été suspendu après avoir été surpris en train d’embrasser un des seins de sa compagne lors d’une session parlementaire virtuelle. Des images qui se sont vite propagées sur les réseaux sociaux.

Tandis qu’un autre parlementaire avait la parole, Juan Emilio Ameri, 47 ans, qui participait à la session depuis son domicile, a été filmé accaparé par la poitrine d’une femme assise à côté de lui. La session a été interrompue puis suspendue par le président du Parlement. M. Ameri s’est excusé en expliquant qu’il pensait ne pas être connecté à ce moment précis.

«L’image était floue»

«Ici, dans le centre du pays, la connexion est très mauvaise», a affirmé M. Ameri, sanctionné par cinq jours de suspension. «Ma compagne sortait de la salle de bain, je lui demandais comment elle se sentait avec ses implants mammaires et je les ai embrassés. Elle a été opérée pour les mettre en place il y a 10 jours», a-t-il ajouté.

En septembre également, un homme d’affaires, dont l’identité n’a pas été révélée, est apparu nu lors d’une conférence Zoom avec le président brésilien Jair Bolsonaro, après avoir oublié de couper sa caméra. Son image est apparue dans le coin droit de l’écran, aux côtés d’une vingtaine d’autres participants à la visioconférence. «Il y a un type qui prend une douche, nu», peut-on entendre dire un ministre brésilien. Et M. Bolsonaro de répondre: «Malheureusement nous avons vu, l’image était floue mais nous avons vu, malheureusement». Au mois de juin, un parlementaire irlandais, Luke Flanagan, était lui apparu en slip – et en chemise – à une réunion virtuelle d’une commission du Parlement européen.

«J’étais allé courir… J’étais en tee-shirt deux minutes plus tôt, j’ai décidé de mettre une chemise pour avoir l’air respectable! J’ai vraiment réussi mon coup», a-t-il commenté avec humour sur Twitter, en ajoutant: «J’espère que mes jambes vous ont plu». Ces scènes restent cependant relativement inoffensives par rapport aux images pornographiques avec lesquelles certains pirates informatiques ont bombardé des réunions ou même des classes virtuelles sur Zoom ces derniers mois, conduisant la plateforme, dont le nombre d’utilisateurs a grimpé en flèche avec la pandémie, à renforcer ses protocoles de sécurité.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Prudence 2020 le 21.10.2020 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Masquer la caméra à la fin d'une conférence est une bonne solution (Post-it). Ne pas mélanger vie professionnelle et privée, aussi.

  • Grand Maître, le vrai, d'URSS/Russie le 21.10.2020 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je n'utilise pas Zoom, trop peur ...

  • Léopold le 21.10.2020 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    Voilà ce qui se passe si on permet à tout le monde d'utiliser Internet.

Les derniers commentaires

  • Léopold le 21.10.2020 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    Voilà ce qui se passe si on permet à tout le monde d'utiliser Internet.

  • Baron Rouge le 21.10.2020 13:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec tous les fonctionnaires qui sont payés à se branler ... c’est la fête !

  • zoommmerrr le 21.10.2020 11:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme quoi, avec ou sans caméra éteinte, la vie privée, et télétravail vont donner de belles idée à des producteurs et réalisateurs nationaux, pour faire une belle comédie sur l'histoire d'un Virus-19... 20...21....covid quoi dans 5ans??

  • Grand Maître, le vrai, d'URSS/Russie le 21.10.2020 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je n'utilise pas Zoom, trop peur ...

  • gazeleau le 21.10.2020 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    S'il est possible, et j'imagine que patrons et politiques le peuvent, il faut réserver une pièce, ou un coin de pièce à la visioconf, avec le mur comme seule orientation de la caméra. Le problème persiste avec le micro qu'il faudra couper systématiquement. De toute manière, s'isoler pour bosser à la maison permet de se couper de la vie domestique, et inversement de se permettre de sortir de sa vie professionnelle lorsqu'on est en famille.

    • Fredos le 21.10.2020 11:42 Report dénoncer ce commentaire

      Bien papa.