En Colombie

14 février 2020 07:41; Act: 14.02.2020 10:37 Print

Un ambassadeur lié à un laboratoire de cocaïne

Un labo clandestin de cocaïne a été découvert par la police sur un terrain lié à l'ambassadeur de Colombie en Uruguay.

storybild

Le site de production a été incendié par les policiers, mais les flammes se sont propagées, consumant «quatre hectares de forêt vierge». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La police colombienne a découvert un laboratoire capable de produire une tonne de cocaïne par mois sur une propriété appartenant à la famille de l'ambassadeur de Colombie en Uruguay. Elle a détruit le site par le feu.

Cinq personnes ont été arrêtées lors de cette opération menée mercredi dans la propriété familiale de Fernando Sanclemente, située dans la ville de Guasca, à une soixantaine de kilomètres de Bogota. Le site de production a été incendié par les policiers, mais les flammes se sont propagées et ont consumé également «quatre hectares de forêt vierge», a relevé le rapport de la police.

Dans «la partie haute de la propriété»

«C'est une situation totalement surprenante pour moi, pour ma famille, pour nos entreprises partenaires», a déclaré Fernando Sanclemente à l'AFP depuis la capitale de l'Uruguay. «Je suis une personne d'honneur, ma famille est une famille bénéficiant d'une énorme reconnaissance et d'un prestige au niveau national dans mon pays», a-t-il ajouté, précisant que son poste était à la disposition du président de la République Ivan Duque le cas échéant. Le gouvernement d'Ivan Duque ne s'était pas prononcé à ce stade sur l'avenir de son ambassadeur.

Ce dernier a expliqué à la presse que la police avait inspecté plusieurs bâtiments et que dans «la partie haute de la propriété, dans une zone à la végétation luxuriante, boisée, elle a découvert la drogue». La propriété appartient depuis 1987 à une société détenue par la famille Sanclemente et par le groupe Spiwak, qui possède la chaîne hôtelière Dann.

«Rien à voir avec ces événements»

Le site est spécialisé dans la production de lait et l'élevage de chevaux de course et de bétail. Depuis 2017, quarante des 170 hectares de la propriété sont réservés à la culture de pommes de terre et d'oignons mais il n'y avait aucune indication que la drogue se trouvait sur ces parcelles.

«J'ai la tranquillité absolue que la famille et moi-même, et bien sûr le groupe Dann, n'avons rien à voir avec ces événements lamentables», a relevé l'ambassadeur sur la radio La FM, disant être «des victimes» de cette situation. «Mais pour rien au monde nous ne prétendrons éviter les responsabilités liées aux constatations sur la propriété», a-t-il poursuivi. La Colombie est le premier producteur mondial de feuilles de coca avec 169 000 hectares de plantations, et de cocaïne avec 1 120 tonnes en 2018, selon l'ONU.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.