Italie

23 septembre 2021 18:49; Act: 24.09.2021 09:05 Print

Un boxeur suspendu pour ses tatouages nazis

Un boxeur italien, qui a disputé un combat samedi, a été suspendu jeudi par sa fédération en raison de ses «tatouages avec symboles et évocations nazis».

storybild

Le boxeur italien affiche un palmarès de 13 victoires contre 2 défaites.

Sur ce sujet
Une faute?

Les tatouages de Michele Broili, 28 ans, ont été dénoncés par plusieurs médias italiens à l'occasion du combat qu'il a disputé - et perdu - samedi dernier à Trieste (nord) pour l'attribution du titre de champion d'Italie des poids super-plumes.

Son adversaire victorieux, Hassan Nourdine, 34 ans, avait confié à des médias avoir ressenti du «dégoût» quand il a «vu les tatouages sur le corps de Broili louant le nazisme» ainsi que des «saluts romains» dans les gradins. Tout en assurant que Broili était toujours resté «cordial» avec lui, tant avant qu'après le combat.

Selon la Gazzetta dello Sport, qui avait jugé «inacceptable» que le boxeur soit autorisé à monter sur le ring avec ces tatouages, il arborait plusieurs «symboles nazis» sur son torse. Le tribunal de la Fédération italienne, réuni jeudi, a décidé de suspendre le boxeur natif de Trieste au moins jusqu'au 19 novembre, date prévue de la fin de l'enquête préliminaire ouverte par le procureur fédéral.

«Le tribunal considère que montrer en public des tatouages avec des symboles et des évocations nazis non équivoques lors d'une compétition sportive officielle représente un comportement grave et injustifié pour un licencié», s'opposant «aux principes généraux d'égalité, de non-violence et de non discrimination à la base du système sportif», selon la décision.

L'Office national de lutte contre les discriminations raciales (UNAR), rattaché aux services du Premier ministre, s'est indigné de la tenue du match dans ces conditions.

«Nous demandons que la lumière soit faite sur les raisons pour lesquelles, face à une conduite aussi grave, il n'a pas été décidé d'interrompre immédiatement le match, et pourquoi il a fallu autant de temps pour se saisir d'un cas manifeste d'apologie au nazisme», a tonné le directeur de l'organisme, Triantafillos Loukarelis, dans un communiqué.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justice différente ? le 23.09.2021 22:49 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait interdire aussi les symboles communistes, car eux aussi ont causés d'énormes dégâts. Pourquoi interdire le nazisme et pas le communisme ? Pour ne pas froisser certains au pouvoir ?

  • Soyez contre la propagande féministe ! le 23.09.2021 22:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Respectez la liberté d'expression nom de dieu..

  • bonsens le 24.09.2021 02:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est scandaleux

Les derniers commentaires

  • Bourreau le 24.09.2021 12:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout mon soutient à ce sportif qui n’a pas peur de montrer ce qu il pense , que ça plaise ou non. Liberté d’expression ... mais quelle blague

  • claudine le 24.09.2021 12:08 Report dénoncer ce commentaire

    c'est scandaleux, il fait ce qu'il veut avec son corps

  • Pierrot le 24.09.2021 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    Et un policier qui est tatoué en a t il le droit d exprimer c est goût en étant fonctionnaire? Même si c est pas aussi grave ?

  • Muskatnuss le 24.09.2021 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    "Principe de non-violence"... en boxe... ? J'ai bien rigolé monsieur le juge, merci pour ce moment.

  • Lion le 24.09.2021 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    Décidément que des gens biens dans ce "sport".