Camion charnier en Angleterre

29 mai 2020 22:29; Act: 29.05.2020 22:30 Print

Un chef présumé du réseau arrêté en Allemagne

Près d'une trentaine de personnes ont été interpellées cette semaine en France, en Belgique et en Allemagne dans l'affaire du camion frigorifique en octobre 2019 .

storybild

Un homme soupçonné d'être un organisateur du réseau de trafic de migrants vietnamiens a été interpellé le lendemain outre-Rhin. (photo: AFP/ben Stansall)

Sur ce sujet
Une faute?

Des hébergeurs, des chauffeurs de taxis et un organisateur présumé du réseau de trafic de migrants: près d'une trentaine de personnes ont été interpellées cette semaine en France, en Belgique et en Allemagne, et présentées à la justice dans le cadre d'une enquête sur la mort de 39 migrants vietnamiens dans un camion frigorifique en octobre 2019 en Angleterre.

Après l'arrestation mardi en région parisienne et en Belgique de 26 personnes dans le cadre d'une opération de police internationale, un homme soupçonné d'être un organisateur du réseau de trafic de migrants vietnamiens a été interpellé le lendemain outre-Rhin, a appris l'AFP auprès de plusieurs sources proches de l'enquête.

Inculpations

Surnommé «Duc le Chauve», cet homme, âgé de 29 ans, était visé par un mandat d'arrêt européen émis par la France, selon ces sources. Il «pourrait être le chef du réseau côté français», a déclaré à l'AFP l'une d'entre elles.

Dans l'Hexagone, les treize personnes arrêtées mardi étaient vendredi soir toujours en cours de présentation à la justice en vue de leur mise en examen et de leur placement en détention provisoire. Les treize autres suspects, interpellés mardi simultanément en Belgique, ont pour leur part été déjà tous inculpés par la juge d'instruction de Bruges chargé du dossier, les délais de comparution y étant plus courts qu'en France.

Parmi ces derniers, onze ont été écroués après leur inculpation pour «trafic d'êtres humains avec circonstances aggravantes, appartenance à une organisation criminelle et faux et usages de faux», selon le parquet fédéral belge. Deux autres personnes, inculpées des mêmes chefs, ont été remises en liberté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.