Au Chili

08 novembre 2021 16:05; Act: 08.11.2021 16:37 Print

Un cimetière de vêtements en plein désert

Des milliers de tonnes de vêtements venant du monde entier s'accumulent dans le désert d'Atacama, au nord du Chili. Ce qui n'est pas revendu finit par rester au sol.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Des bottes de pluie ou même des après-ski en plein désert d'Atacama: dans le nord du Chili, les décharges sauvages de vêtements et de chaussures usagés grossissent à la mesure de la production effrénée de la mode à bas coût à l'échelle mondiale.

Le pays sud-américain s'est spécialisé depuis une quarantaine d'années dans le commerce de vêtements de seconde main, entre habits jetés par les consommateurs, déstockages et bonnes œuvres en provenance des États-Unis, du Canada, d'Europe ou d'Asie.

Décharges sauvages

Chaque année, 59 000 tonnes de vêtements arrivent dans la zone franche du port d'Iquique, à 1 800 km au nord de Santiago. Dans cette zone commerciale aux droits de douanes préférentiels, les ballots sont triés puis revendus dans des magasins de seconde main au Chili ou exportés vers d'autres pays latino-américains. «Ces vêtements viennent du monde entier», explique à l'AFP Alex Carreño, un ancien ouvrier de la zone d'importation portuaire.

Mais face à la croissance de la quantité de vêtements produits à bas coût en Asie pour des marques capables d'offrir une cinquantaine de nouvelles collections par an, le circuit est engorgé et les déchets textiles s'amoncellent de manière exponentielle. Environ 39 000 tonnes de déchets sont ainsi entreposés dans des décharges sauvages à Alto Hospicio, une commune de la banlieue d'Iquique.

8% des gaz à effet de serre

«Ce qui n'a pas été vendu à Santiago ou qui n'est pas parti en contrebande vers d'autres pays» comme la Bolivie, le Pérou et le Paraguay "reste ici" parce que les faire sortir de la zone franche ne serait pas rentable, explique Alex Carreño, qui habite non loin d'une décharge.

«Le problème est que ces vêtements ne sont pas biodégradables et contiennent des produits chimiques, ils ne sont donc pas acceptés dans les décharges municipales», explique à l'AFP Franklin Zepeda, qui vient de monter une entreprise de recyclage EcoFibra pour tenter de faire face à ce problème grandissant. Selon une étude de l'ONU datant de 2019, la production mondiale de vêtements, qui a doublé entre 2000 et 2014, est «responsable de 20 % du gaspillage total de l'eau dans le monde». Selon le rapport, la production de vêtements et de chaussures produit 8% des gaz à effet de serre et, en fin de chaîne, «chaque seconde, une quantité de textiles équivalente à un camion de déchets est enterrée ou brûlée».

Des vêtements enterrés

À Alto Hospicio, un grand nombre de vêtement sont d'ailleurs enterrés pour éviter les incendies qui peuvent être hautement toxiques en raison de la composition synthétique de nombreux tissus. Mais qu'ils soient enfouis sous terre ou laissés à l'air libre, leur décomposition chimique, qui peut prendre des dizaines d'années, polluent l'air et les nappes phréatiques.

Le gouvernement a récemment annoncé que l'industrie textile allait être prochainement soumise à la loi de «Responsabilité étendue du producteur», en obligeant les entreprises qui importent des vêtements à prendre en charge les résidus textiles et faciliter leur recyclage. Dans son entreprise d'Alto Hospicio, fondée en 2018, Franklin Zepeda traite jusqu'à 40 tonnes de vêtements usagés par mois. Les habits synthétique et en polyester sont séparés des vêtements en coton, puis servent à fabriquer des panneaux isolants pour le bâtiment.

Après dix ans à travailler dans la zone franche d'Iquique, l'entrepreneur, las de voir ces «montagnes de déchets textiles» près de chez lui, a décidé de «sortir du problème pour faire partie de la solution».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Basse qualité le 08.11.2021 17:05 Report dénoncer ce commentaire

    Les vêtements actuels sont de très basse qualité et ne peuvent même plus être utilisé dans les pays pauvres. Notre société n'est pas capable de progresser dans la bonne direction. A croire que les crises rapportent plus que le bonheur.

  • Paulo le 08.11.2021 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    encore l'être humain et sa cupidité, son talent à tout détruire et poluer,... c' est quand qu' il va se reveiller?

  • olivier le 08.11.2021 16:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi sortir un tel article ....seulement maintenant ? ? envoyé cet article au monde entier!!!! et surtout aux sur- consommateurs !!!!

Les derniers commentaires

  • LuxThill le 09.11.2021 14:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après, on fait la promotion des Mantelsonndeg pour vendre encore des manteaux à ceux qui en ont déjà afin qu’ils ne soient pas moqués parce qu’ils portent le même que l’année dernière.

  • sandy le 09.11.2021 10:14 Report dénoncer ce commentaire

    scandaleux!

  • Encore-et-toujours-censuré-par-l-essenti le 09.11.2021 08:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'humanité serait-elle en voie d'extinction ?

    • pat-et-tic le 09.11.2021 09:37 Report dénoncer ce commentaire

      LOL bah si vous en êtes encore à vous poser la question.... faut arrêter de planer, c'est inéluctable car l'humain est c*n par défaut

  • borges le 09.11.2021 07:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ha oui je pensse en donne dès vêtements pour lest pobre géant mes comme toujours choisis est le rest pour vont jeté

  • Loup le 09.11.2021 06:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On va faire un peu de shopping samedi, pour se rendre beau et détruire notre planète ????