Incendie de l'usine Lubrizol

11 octobre 2019 13:48; Act: 11.10.2019 14:48 Print

Un énorme préjudice pour les agriculteurs

L'incendie de l'usine chimique Lubrizol a causé aux agriculteurs un préjudice global estimé «entre 40 et 50 millions» d'euros.

storybild

Un fermier montre sa main recouverte de poussière noire à Saint Martin-du-Vivier, près de Rouen, le 30 septembre dernier. (photo: AFP/lou Benoist)

Sur ce sujet
Une faute?

L'incendie de l'usine chimique Lubrizol a causé aux agriculteurs un préjudice global estimé «entre 40 et 50 millions» d'euros, a indiqué vendredi, à Rouen, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Didier Guillaume.

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Didier Guillaume, a parlé d'un «drame économique mais c'est aussi un drame humain», évoquant notamment quatre millions d'euros de pertes pour les producteurs de lait.

«Comité pour la transparence et le dialogue»

«L'urgence de l'urgence c'est le laitier» même s'«il faudra que tous les secteurs soient indemnisés le plus vite possible», a affirmé Didier Guillaume, lors de la première réunion à Rouen, vendredi, du «comité pour la transparence et le dialogue» qu'il est venu installer avec les ministres de la Transition écologique, Élisabeth Borne, et de la Santé, Agnès Buzyn, après l'incendie survenu le 26 septembre. Le ministre a aussi promis qu'il n'y aurait «pas de labels Bio qui sauteront» pour les productions bio touchées par les conséquences du nuage.

Dans le quotidien Les Échos de vendredi, le journal a révélé que Lubrizol a consenti à créer un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d'euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés.

«Trois millions d'euros de production détruite»

Lubrizol va aussi indemniser 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par les interdictions préfectorales de produire du lait, a déclaré au journal Joël Limousin, président du Fonds de mutualisation des risques sanitaires et environnementaux (FMSE).

Vendredi matin, le directeur départemental des Territoires et de la Mer (DDTT) de Seine-Maritime Laurent Bresson a précisé lors du déplacement des ministres à Rouen qu'il y a eu «trois millions d'euros de production détruite» dans ce département (lait, production maraichère, œufs).

3 000 agriculteurs concernés

En tout «3 000 agriculteurs ont été concernés» par les conséquences de l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi Didier Guillaume. Lors du comité vendredi, qui rassemblait environ 80 personnes - Représentants de l’État, industriels, collectivités, agriculteurs, associations -, le directeur général de Lubrizol Frédéric Henry s'est engagé à «accompagner» agriculteurs, commerçants et habitants, sans donner de chiffre. Une absence d'engagement financier «révoltant» a réagi le député communiste de Seine-Maritime Hubert Wulfranc.

L'avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), à la suite des analyses complémentaires menées sur les productions agricoles, sera rendu «probablement mardi ou mercredi», a précisé un de ses responsables lors de ce comité.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.