Trafic de drogue

15 mai 2021 11:27; Act: 15.05.2021 12:14 Print

Un fugitif de la Mafia remis par l’Espagne à l’Italie

Giuseppe Romeo est accusé d’être l’un des principaux membres d’un réseau international de trafic de drogue dirigé par trois clans de la ‘Ndrangheta, en Calabre.

storybild

Giuseppe Romeo, 35 ans, est arrivé vendredi soir à l’aéroport romain de Fiumicino sous escorte. (photo: Twitter Police nationale italienne)

Sur ce sujet
Une faute?

Un fugitif de la ‘Ndrangheta la puissante mafia calabraise, qui contrôlait les routes de la cocaïne en Europe, a été remis aux autorités italiennes, a annoncé la police espagnole samedi. Giuseppe Romeo, 35 ans, est arrivé vendredi soir à l’aéroport romain de Fiumicino sous escorte en provenance de Barcelone où il avait été arrêté le 11 mars en vertu d’un mandat d’arrêt européen, après trois ans de cavale.

Romeo est accusé d’être l’un des principaux membres d’un réseau international de trafic de drogue dirigé par trois clans de la ‘Ndrangheta basés dans la région de Reggio Calabria, dans le sud de l’Italie.

La ‘Ndrangheta est le groupe mafieux le plus puissant d’Italie, impliqué dans presque tous les domaines de l’activité criminelle au-delà du trafic de drogue et de l’extorsion, et ses opérations s’étendent à plusieurs continents.

Giuseppe Romeo, qui vivait en Allemagne, parvenait à transporter 40 kilos de cocaïne par semaine des Pays-Bas à Milan, avec ses complices mafieux, dont certains ont été capturés lors du raid «European ‘Ndrangheta Connection» de 2018, aidé par les autorités allemandes, néerlandaises et belges.

40 kg de cocaïne par semaine

Ce vaste coup de filet, auquel Romeo avait réussi à échapper, visait environ 90 personnes soupçonnées d’être impliquées dans le trafic international de drogue, le blanchiment d’argent et l’investissement de produits illégaux dans le secteur de la restauration.

En novembre, Romeo avait été condamné par contumace à 20 ans de prison pour des accusations liées au trafic international de stupéfiants, à l’association mafieuse, à la possession de drogue et au blanchiment d’argent.

Lors de son arrestation en mars, la ministre italienne de l’Intérieur Luciana Lamorgese avait qualifié Romeo de «promoteur, organisateur et financier du trafic de cocaïne en Europe». «Il faisait la navette entre la Calabre, la Lombardie et le nord-ouest de l’Europe pour conclure des accords avec des fournisseurs de drogue et des intermédiaires en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne, avec la collaboration d’autres associés calabrais», a déclaré Luciana Lamorgese.

(L'essentiel/afp)