En France

22 août 2019 07:31; Act: 22.08.2019 10:36 Print

Un mort et huit blessés dans un incendie

Les autorités françaises déplorent un mort et des blessés dans l'incendie d'un immeuble à Créteil mercredi soir.

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins une personne a été tuée et plusieurs autres blessées mercredi soir dans l'incendie d'un grand immeuble à Créteil, en France. Le feu a pris vers 23h dans ce bâtiment de dix étages hébergeant des personnels d'un hôpital situé à côté.

Le feu, éteint vers 1h30 jeudi par les pompiers après plus de deux heures de bataille, n'a pas eu d'impact sur le fonctionnement de cet établissement réputé, où a eu lieu en 2010 la première greffe totale du visage. Le sinistre a coûté la vie à une femme, ont précisé la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) et des sources proches du dossier. Il a également blessé gravement deux pompiers, dont les jours ne sont toutefois pas en danger selon la BSPP, et moins sérieusement quatre autres personnes dont deux autres pompiers.

Parties apparemment d'un appartement, les flammes se sont propagées à tous les étages via les façades et une cage d'escalier, provoquant le déploiement sur place d'une centaine de pompiers, a ajouté le commandant Guillaume Fresse.

Une partie de la façade était noircie par les flammes, a constaté un photographe de l'AFP, qui a également aperçu des personnes enroulées dans des couvertures de survie dans une des entrées de l'hôpital voisin. Au cours de cette «opération complexe», les pompiers ont sauvé dix personnes prisonnières des fumées, et au moins une cinquantaine de personnes ont été évacuées au total, selon le commandant Fresse.

Le bâtiment se trouve dans le périmètre d'Henri-Mondor mais assez éloigné de la partie hospitalière. «Aucun patient n'a été évacué», a précisé le porte-parole de la BSPP.

Le 22 juin dernier à Paris, trois personnes avaient été tuées et 27 blessées, dont une grièvement, dans l'incendie d'un immeuble du XIe arrondissement.

Quatre mois plus tôt, dans la nuit du 4 au 5 février, une femme souffrant de problèmes psychiatriques avait volontairement déclenché un incendie dans un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, faisant 10 morts et 96 blessés, le bilan le plus meurtrier dans la capitale en près de 14 ans.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.