En Australie

16 décembre 2019 18:14; Act: 17.12.2019 14:54 Print

Un petit miracle apparaît sous 30 tonnes de déchets

Des employés d'une déchetterie de la banlieue de Melbourne ont remué ciel et terre pour retrouver une précieuse boîte à bijoux jetée par erreur par un couple.

Sur ce sujet
Une faute?

En pleine rénovation de leur maison située en banlieue de Melbourne, deux Australiens se sont débarrassés de plusieurs gros sacs à la déchetterie du coin, samedi. Une fois rentré chez lui, le couple a réalisé avec effroi qu'il avait accidentellement jeté une boîte à bijoux renfermant notamment «une impressionnante bague de fiançailles et une alliance», explique Jim Carden, porte-parole du Conseil municipal de Stonnington.

Catastrophés, les habitants ont appelé les responsables de la déchetterie, qui leur ont demandé de bien vouloir repasser le lendemain matin, explique CNN. Après une très courte nuit sans sommeil, le couple s'est pointé à 4h du matin dans l'intention de suivre le camion-benne jusqu'au dépotoir et de fouiller dans les ordures. Le couple n'aura finalement pas eu à mettre les mains dans le cambouis: les ouvriers ont ouvert le camion et fouillé eux-mêmes dans les 30 tonnes de déchets qu'il contenait.

Par miracle, les employés ont retrouvé le sac-poubelle rose du couple, qui contenait les précieux bijoux. Jim Carden estime que cette fin heureuse a «un petit quelque chose à voir avec la magie de Noël». Il a par ailleurs remercié les ouvriers d'avoir «remué ciel et terre» pour aider le malheureux couple. Le porte-parole du Conseil municipal précise toutefois qu'il s'agit d'un cas inhabituel, et que la Ville «ne peut pas se permettre de vider ses camions, dès que quelqu'un pense y avoir perdu quelque chose».

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.