Aux États-Unis

20 septembre 2019 07:23; Act: 20.09.2019 10:49 Print

Une «promesse» de Trump inquiète les élus

Le signalement d'un lanceur d'alerte dénonçant une «promesse» faite par Donald Trump à un dirigeant étranger fait des remous au Congrès.

storybild

L'identité du dirigeant auquel est adressé cette promesse n'est pas précisée. (photo: AFP/Nicholas Kamm)

Sur ce sujet
Une faute?

Des élus du Congrès ont échoué jeudi à obtenir des informations sur un signalement effectué par un lanceur d'alerte au sein des services de renseignement qui, selon le Washington Post, s'est inquiété de certains échanges entre Donald Trump et un dirigeant étranger.

Le lanceur d'alerte a trouvé particulièrement préoccupante une «promesse» faite par le président américain à ce dirigeant, dont l'identité n'est pas précisée par le quotidien. Le 12 août, il a effectué un signalement officiel auprès de l'inspecteur général des services de renseignement, Michael Atkinson, qui a estimé que la sensibilité de l'affaire imposait une notification urgente au Congrès. Michael Atkinson a donc été interrogé jeudi à huis clos par la puissante commission du renseignement de la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires. Faute d'autorisation de sa hiérarchie, il n'a toutefois rien pu révéler.

La plainte concerne l'Ukraine

«Nous n'avons obtenu aucune réponse parce que le ministère de la Justice et le Directeur du renseignement national (DNI) n'ont pas autorisé l'inspecteur général à nous parler», a regretté le président démocrate de la commission, Adam Schiff, à l'issue de l'audition. «Nous n'avons pas le signalement, nous ne savons pas si les informations de presse sont exactes ou inexactes», a-t-il ajouté, en menaçant de saisir la justice ou d'user d'autres moyens à la disposition de sa commission pour forcer le Directeur du renseignement national à la transparence.

Selon le «Washington Post» et le New York Times jeudi soir, la plainte concerne l'Ukraine, même si les deux quotidiens, qui citent des sources anonymes, se gardent de tracer un lien direct avec une conversation téléphonique entre Donald Trump et le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky cet été.

De son côté, Donald Trump a dénoncé un «harcèlement présidentiel». «Quasiment à chaque fois que je parle au téléphone à un dirigeant étranger, je suis conscient qu'il y a de nombreuses personnes de différentes agences américaines qui peuvent être à l'écoute, sans mentionner celles de l'autre pays en question. Pas de souci!», a-t-il tweeté. «Sachant cela, peut-on être assez stupide pour croire que je dirais quelque chose de regrettable à un dirigeant étranger?», a-t-il poursuivi.

Selon le Washington Post, Donald Trump s'est entretenu par téléphone avec le président russe Vladimir Poutine le 31 juillet. Pendant l'été, il a également échangé par courrier avec le leader nord-coréen Kim Jong-un et a reçu à la Maison-Blanche les dirigeants du Pakistan, des Pays-Bas et du Qatar.

Relations compliquées

Le milliardaire républicain a des relations compliquées avec la communauté du renseignement depuis son élection et s'est souvent trouvé en désaccord avec ses responsables. L'ancien directeur du renseignement national (DNI), Dan Coats, avait notamment désapprouvé publiquement la décision de Donald Trump d'avoir un entretien à huis clos avec Vladimir Poutine à Helsinki en juillet 2018, accompagnés seulement de leurs interprètes.

Le 15 août, Dan Coats a quitté ses fonctions et Joseph Maguire, ancien directeur de l'antiterrorisme, assure l'intérim comme DNI, un poste qui supervise la CIA, la NSA et les autres agences du renseignement américain.

Informé quelques jours plus tard par l'inspecteur général de l'existence d'un lanceur d'alerte, il a jugé qu'il n'avait pas à transmettre le dossier au Congrès. «Je pense qu'il a agi de bonne foi», mais sa décision n'était «pas conforme aux pratiques du passé», a écrit l'inspecteur général, le 9 septembre, à la Commission du renseignement de la Chambre, prenant sur lui de l'informer de l'existence d'une affaire «urgente» reposant sur des allégations «crédibles». Joseph Maguire sera auditionné à son tour jeudi prochain par la commission, lors d'une séance publique cette fois.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lestrollsrusses le 20.09.2019 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi toujours s'attaquer à lui? Il n'a rien fait, il le dit!!!

Les derniers commentaires

  • Lestrollsrusses le 20.09.2019 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi toujours s'attaquer à lui? Il n'a rien fait, il le dit!!!

    • WhaleWhisperer le 21.09.2019 11:32 Report dénoncer ce commentaire

      Dans le conflit ukrainien, il y a 2 adversaires: d'un côté le gouvernement Ukrainien et les nationalistes anti-russes à Kiev, de l'autre côté les Ukrainiens russophones et russophiles à l'Est de l'Ukraine et la Russie qui est de leur côté. Une "promesse" ne veut donc rien dire à priori, sans savoir à qui elle aurait été faite, si elle a été faite? La question est donc si les autorités et le Congrès savent à qui la promesse a étét faite et s'il y a des preuves?