En Turquie

23 juillet 2019 10:11; Act: 23.07.2019 10:44 Print

Une roquette de Syrie s'abat sur une maison

Cinq civils turcs ont été blessés lorsqu'une roquette vraisemblablement tirée depuis la Syrie s'est abattue sur une maison

Sur ce sujet
Une faute?

Cinq civils turcs ont été blessés lorsqu'une roquette vraisemblablement tirée depuis la Syrie s'est abattue sur une maison, ont indiqué mardi les autorités, ajoutant que l'armée d'Ankara avait riposté par des tirs d'artillerie.

«En réaction aux tirs de roquettes qui ont blessé cinq de nos concitoyens (...), nous avons riposté avec nos armes lourdes déployées le long de la frontière», a indiqué mardi, le ministère turc de la Défense, dans un communiqué. Selon les autorités locales, une salve de roquettes «vraisemblablement tirées depuis la Syrie» est tombée lundi soir, dans le district turc de Ceylanpinar, à la frontière syrienne. L'un des projectiles s'est écrasé sur une maison, faisant cinq blessés légers.

Aucun suspect désigné

Les autorités turques n'ont pas désigné de suspects, mais Ankara a plusieurs fois accusé, dans le passé, la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) d'avoir tiré des roquettes sur des villes turques frontalières. Les tirs de roquettes lundi soir sont intervenus alors que le chef du commandement central américain chargé des opérations au Moyen-Orient (Centcom), le général Kenneth McKenzie, avait effectué plus tôt ce jour-là une visite dans des zones sous contrôle kurde en Syrie.

Entre 2016 et 2018, la Turquie a mené deux offensives contre des territoires contrôlés par les YPG. Le président Recep Tayyip Erdogan menace régulièrement de lancer de nouvelles opérations contre cette milice kurde qu'Ankara considère comme un «groupe terroriste». À la faveur du conflit en Syrie qui dure depuis 2011, les groupes kurdes syriens ont établi une autonomie sur de larges pans du nord et du nord-est du pays.

La Turquie redoute que l'implantation durable d'une zone autonome kurde à sa frontière ne galvanise les velléités séparatistes sur son territoire, où le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) livre une sanglante guérilla depuis 1984. Mais les YPG sont soutenues par plusieurs pays occidentaux, comme les États-Unis et la France. Les combattants kurdes ont notamment été en première ligne dans le combat contre les jihadistes du groupe État islamique (EI) en Syrie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.