En France

15 octobre 2019 15:37; Act: 15.10.2019 16:00 Print

Une tornade ravage 170 maisons à Arles

La tornade a dévasté tout sur son passage, dans le sud de la France. La mairie a ouvert un gymnase pour accueillir les victimes qui se retrouvent sans-abris.

Sur ce sujet
Une faute?

Des dizaines de toitures arrachées, des mobile homes retournés dans un camping, une soixantaine de personnes évacuées, quelque blessés légers et plus de 170 maisons endommagées: une tornade a dévasté un quartier d'Arles, dans le sud de la France, à l'aube, mardi matin.

Dans le camping trois étoiles «L'Arlésienne», où séjournaient une soixantaine de personnes, des vacanciers et des saisonniers, selon le couple de propriétaires, les mobile homes ont été réduits en miette, les parois littéralement arrachées, ou ont été balayés par les vents. L'un d'eux s'est «envolé, a frappé la façade des sanitaires et est passé par-dessus, avant d'atterrir 50 mètres plus loin», décrit la gérante Sophie Goupillières. «Cela a duré trois, quatre secondes, on se demandait où on était».

Blessés légers

«Je me suis réveillée vers 3h, ça soufflait énormément, je me suis dit que ça allait me tomber dessus», raconte sous le choc sa fille, Pauline, en jogging, baskets boueuses au pied, qui dormait dans un mobile home dont il ne reste que des planches. «D'un coup tout s'est mis à trembler et là c'était le trou noir. J'ai repris mes esprits: la pluie était sur moi, le sol en l'air et les parois m'étaient tombées dessus», poursuit la jeune femme, qui a réussi à s'extraire «tremblante» des décombres.

La mairie, évoquant «une tornade (qui) a provoqué de lourds dégâts à Pont-de-Crau», a ouvert un gymnase pour accueillir les sinistrés, au nombre de 70 environ, et activé un plan communal d'alerte et de secours. Cinq personnes ont été légèrement blessées, dont certaines transportées au centre hospitalier d'Arles, mais aucun blessé grave n'est à déplorer.

«C'était l'apocalypse»

Le département des Bouches-du-Rhône, qui avait été placé en vigilance orange, a été traversé à «4h40 par un passage pluvio-orageux qui s'est accompagné de vents tourbillonnants dans le secteur d'Arles, précisément dans le quartier de Pont-de-Crau», ont indiqué les pompiers, parlant d'un «phénomène particulièrement violent».

Au total, 173 maisons ont été endommagées, dont 40% «fortement», et plus d'une dizaine pourraient être déclarées inhabitables, ont-ils ajouté. Ils évoquaient dans la matinée «une quarantaine de relogements» à prévoir. Des drones devaient survoler la zone pour permettre de «faire un état plus exhaustif des dommages».

«Je dormais quand j'ai entendu un gros vacarme»

Sébastien Civeaux, propriétaire d'une maison depuis cinq ans, a vu son jardin dévasté et sa toiture arrachée. Une partie de la toiture métallique d'un voisin a atterri sur son terrain, où se trouvaient également ses haltères: ces dernières, témoignage de la force du vent, «sont parties», s'étonne-t-il.

«Je dormais quand j'ai entendu un gros vacarme. Des bruits de verre cassé, de tuiles qui s'envolaient. J'ai ouvert la porte et j'y croyais pas, c'était l'apocalypse», raconte ce mécanicien dans la marine. «J'avais l'impression d'être au cœur d'un cyclone», poursuit cet homme originaire de Martinique, où il a déjà vécu ce type de phénomènes météorologiques.

«Je n'ai plus de toiture et il y a de l'eau plein la maison», se désole un peu plus loin Carole Thomas, en constatant les dégâts avec ses voisins, entre deux appels aux assurances. «J'ai cru que la maison me tombait sur la tête ! Ça a fait un grand bruit tactactactactac!», explique-t-elle, en montrant un impact de la taille du poing sur un mur de sa maison, probablement causé par un débris projeté par le vent.

Des coupures d'électricité affectant environ 200 foyers étaient en cours de traitement en milieu de journée, selon la mairie. Les services techniques de la commune, notamment des agents de la voirie, du nettoiement pluvial et des espaces verts, ainsi que la police municipale ont été déployés. L'école n'a quant à elle pas subi de dégâts et a ouvert normalement, mardi matin, pour accueillir les enfants.

La vigilance orange pour le risque d'orages a été levée à 8h dans le département des Bouches-du-Rhône. À la mi-journée, plus aucun département ne se trouvait en alerte.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • John lennon le 15.10.2019 23:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est de pire en pire

Les derniers commentaires

  • John lennon le 15.10.2019 23:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est de pire en pire