Au Kazakhstan

22 août 2019 09:04; Act: 22.08.2019 11:29 Print

Voici Fiodor, le robot russe qui va aller dans l'espace

La Russie lance Fiodor, son premier robot humanoïde, vers l'ISS jeudi. Sa mission doit durer dix jours.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Il s'appelle Fiodor et a son compte Instagram: la Russie lance jeudi une fusée transportant vers la Station spatiale internationale (ISS) son premier robot humanoïde pour un séjour test en vue d'utiliser de telles machines pour explorer l'espace lointain.

Fiodor, qui porte le numéro d'identification Skybot F850, doit décoller à bord d'une fusée Soyouz à 06h38 heure de Moscou jeudi depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan. Il doit arriver à l'ISS samedi et y rester dix jours, jusqu'au 7 septembre. Le robot corps anthropomorphe argenté mesure 1,80 mètre de haut et pèse 160 kilos. Fiodor est un prénom russe mais sa transcription anglaise, Fedor, correspond également à l'acronyme de «Final Experimental Demonstration Object Research».

Imiter les mouvements humains

Fiodor dispose de comptes sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter, qui détaillent sa vie quotidienne, par exemple lorsqu'il apprend à ouvrir une bouteille d'eau.

Une fois arrivé à bord de l'ISS, le robot effectuera différentes tâches sous la supervision du cosmonaute russe Alexandre Skvortsov, qui a rejoint l'équipe de la Station spatiale internationale le mois dernier, selon l'agence de presse RIA Novosti.

Il va tester ses capacités dans les conditions d'une gravité très basse. Parmi ses principaux savoir-faire figure notamment celui d'imiter les mouvements humains, ce qui veut dire qu'il pourrait aider les astronautes ou à réaliser leurs tâches.

«Il devra réaliser cinq ou six tâches» qui «relèvent du secret», a précisé mercredi Evguéni Doudorov, le responsable de la société qui a conçu Fiodor, cité par la même source. Ses opérations l'amèneront à manier un tournevis ou encore des clés, a néanmoins précisé Alexandre Blochenko, directeur des programmes prometteurs chez l'Agence spatiale russe (Roskosmos), dans un entretien au journal Rossiïskaïa Gazeta.

Autres robots

Fiodor n'est pas le premier robot à s'envoler vers le cosmos. En 2011, la NASA a envoyé dans l'espace un robot humanoïde baptisé Robonaut 2, développé en coopération avec General Motors, avec le même objectif de le faire travailler dans un environnement à haut risque. Il est revenu sur Terre en 2018 en raison de problèmes techniques.

En 2013, le Japon a expédié dans l'espace un petit robot appelé Kirobo, en même temps que le premier commandant japonais de l'ISS, Koichi Wakata. Développé avec Toyota, Kirobo était capable de parler, mais uniquement en japonais.

Missions risquées

Bien au delà de cette seule mission, les autorités russes, qui considèrent la conquête spatiale comme une question stratégique, ne cachent pas leurs ambitions pour Fiodor et ses futurs petits frères. De telles machines pourraient ainsi effectuer des opérations dangereuses comme des sorties dans l'espace, a expliqué Alexandre Blochenko, directeur des programmes prometteurs chez l'Agence spatiale russe (Roskosmos), à l'agence de presse publique RIA Novosti.

Le très patriotique directeur de Roskosmos, Dmitri Rogozine, a montré en août des photos de Fiodor au président russe Vladimir Poutine, en présentant le robot comme «assistant à l'équipage» de l'ISS. «Dans l'avenir, nous comptons sur cette machine pour conquérir l'espace lointain», a-t-il déclaré lors de cette rencontre.

La conquête de l'espace constitue une source d'immense fierté depuis la période soviétique, mais a subi d'importantes difficultés après la chute de l'Union soviétique. Malgré les promesses très ambitieuses du Kremlin dans le domaine spatial récemment, le secteur a enchaîné ces dernières années d'humiliants accidents et scandales de corruption. La Russie reste malgré tout la seule capable d'envoyer des humains vers l'ISS.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 22.08.2019 09:30 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi si lourd et si grand? Le futur dans le cosmos, ce sont de multiples robots miniatures qui passent partout tout en épargnant de l'énergie

  • Soyouz a décollé le 22.08.2019 09:44 Report dénoncer ce commentaire

    Il est dans l'espace

Les derniers commentaires

  • Soyouz a décollé le 22.08.2019 09:44 Report dénoncer ce commentaire

    Il est dans l'espace

  • Unicorn le 22.08.2019 09:30 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi si lourd et si grand? Le futur dans le cosmos, ce sont de multiples robots miniatures qui passent partout tout en épargnant de l'énergie