Escroquerie

08 juin 2012 08:19; Act: 08.06.2012 14:23 Print

L'assistante du bassiste de U2 devant la justice

L'ex-secrétaire d'Adam Clayton est accusée d'avoir soutiré près de 2,8 millions d'euros à son employeur sur une période de quatre ans. Elle comparaît ce jeudi.

storybild

Adam Clayton (ici à gauche en compagnie de The Edge) ne se doutait pas des agissements de son employée . (photo: Keystone)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'ancienne secrétaire personnelle du bassiste de U2, Adam Clayton, a comparu jeudi devant un tribunal de Dublin. Selon la presse irlandaise, elle est accusée d'avoir tiré des chèques pour un total de 2,8 millions d'euros sur les comptes de son ancien employeur pendant quatre ans. Carol Hawkins a encaissé 181 chèques entre 2004 et 2008. Elle les déposait sur trois comptes lui appartenant, ainsi qu'à celui de son mari à l'époque.

Embauchée comme gouvernante dans la maison géorgienne du bassiste à Dublin, Mme Hawkins avait gagné sa confiance et était devenue sa secrétaire personnelle au fil des ans, au point d'avoir sa signature pour plusieurs comptes bancaires.

Clayton avait confiance en elle

Mme Hawkins et son époux, qui était employé comme chauffeur par le bassiste, vivaient dans la maison du musicien et ne payaient aucun loyer jusqu'en 2005. Contraints de déménager du fait d'une rénovation de la maison, ils ont pris un autre logement, dont le loyer avait également été pris en charge par Adam Clayton, a souligné le représentant de l'accusation.

«M. Clayton a employé Mme Hawkins à partir de 1992. Elle a vécu dans sa propre maison pendant 13 ou 14 ans et il avait une confiance considérable en elle», a-t-il indiqué à l'audience.

Elle a même été augmentée

Le couple touchait un salaire cumulé d'environ 3 900 euros par mois que Mme Hawkins a continué de toucher intégralement, même après s'être séparée de son mari en 2007. Elle a même été augmentée ensuite à 4 080 euros par mois.

Le musicien était présent à l'audience avec l'agent du groupe U2, Paul McGuinness, écoutant attentivement l'ouverture du procès qui doit durer environ six semaines. Il doit être appelé comme témoin.

(L'essentiel Online/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).