Escroquerie

08 juin 2012 08:19; Act: 08.06.2012 14:23 Print

L'assistante du bassiste de U2 devant la justice

L'ex-secrétaire d'Adam Clayton est accusée d'avoir soutiré près de 2,8 millions d'euros à son employeur sur une période de quatre ans. Elle comparaît ce jeudi.

storybild

Adam Clayton (ici à gauche en compagnie de The Edge) ne se doutait pas des agissements de son employée . (photo: Keystone)

  • par e-mail

L'ancienne secrétaire personnelle du bassiste de U2, Adam Clayton, a comparu jeudi devant un tribunal de Dublin. Selon la presse irlandaise, elle est accusée d'avoir tiré des chèques pour un total de 2,8 millions d'euros sur les comptes de son ancien employeur pendant quatre ans. Carol Hawkins a encaissé 181 chèques entre 2004 et 2008. Elle les déposait sur trois comptes lui appartenant, ainsi qu'à celui de son mari à l'époque.

Embauchée comme gouvernante dans la maison géorgienne du bassiste à Dublin, Mme Hawkins avait gagné sa confiance et était devenue sa secrétaire personnelle au fil des ans, au point d'avoir sa signature pour plusieurs comptes bancaires.

Clayton avait confiance en elle

Mme Hawkins et son époux, qui était employé comme chauffeur par le bassiste, vivaient dans la maison du musicien et ne payaient aucun loyer jusqu'en 2005. Contraints de déménager du fait d'une rénovation de la maison, ils ont pris un autre logement, dont le loyer avait également été pris en charge par Adam Clayton, a souligné le représentant de l'accusation.

«M. Clayton a employé Mme Hawkins à partir de 1992. Elle a vécu dans sa propre maison pendant 13 ou 14 ans et il avait une confiance considérable en elle», a-t-il indiqué à l'audience.

Elle a même été augmentée

Le couple touchait un salaire cumulé d'environ 3 900 euros par mois que Mme Hawkins a continué de toucher intégralement, même après s'être séparée de son mari en 2007. Elle a même été augmentée ensuite à 4 080 euros par mois.

Le musicien était présent à l'audience avec l'agent du groupe U2, Paul McGuinness, écoutant attentivement l'ouverture du procès qui doit durer environ six semaines. Il doit être appelé comme témoin.

(L'essentiel Online/ats)