Sitcoms

23 mai 2014 10:16; Act: 23.05.2014 10:20 Print

L'homme sans visage de AB Productions

Jean-Luc Azoulay fait vivre les personnages de ses sitcoms depuis des années. Il est loin d’être à court d’idées.

storybild

Jean-Luc Azoulay (photo: Angelique le Goupil / Awcreation)

Sur ce sujet
Une faute?

Il est celui que les téléspectateurs ne voient pas, mais ceux-ci vibrent grâce à lui. «Salut les musclés», c’était en 1989, et c’était déjà lui. «Le miel et les abeilles», «Les filles d’à côté», «Hélène et les garçons», et toutes les sitcoms qui ont suivi, c’est encore lui. À 66  ans, Jean-Luc Azoulay n’a pas fini d’inventer des histoires pour ses personnages nés il y a plus de vingt ans.

«Les mystères de l’amour» est sa dernière série en date. Depuis six saisons, il est seul à faire vivre les héros. Il a ainsi fait coucher Nicolas avec José, pour «taquiner acteurs et téléspectateurs». En formant le couple Annette et Monsieur Girard, Jean-Luc Azoulay ne s’attendait par contre pas à ce que ça choque autant: «C’était logique qu’ils se mettent ensemble.» Qu’importe, le scénariste français s’est servi du buzz pour adapter ses scripts et faire en sorte que les fans ­acceptent la situation.

Un extraterrestre pour pimenter l'histoire

Grâce à sa rapidité de travail, il parvient à écrire un épisode en à peine deux jours. Pour faire évoluer ses protagonistes, Jean-Luc Azoulay s’inspire de la vie réelle, et ne craint pas la page blanche: «On n’a jamais fait le tour d’un personnage.» Quitte à prendre des libertés. Dans «Les vacances de l’amour», il a ainsi fait ressusciter par un extraterrestre Bénédicte et Laly, qu’il avait tuées dans un crash d’ULM.

«C’est un jeu entre moi et les fans, ils veulent être surpris», continue-t-il. L’homme a un credo: éviter d’être trop réa­liste­, de peur d’ennuyer. Le producteur observe toutefois les audiences de près. Après des dizaines d’années dans le métier, il sait que rien n’est ­jamais acquis.

(L'essentiel/Mathilde Jarry)