Interview confidence

20 octobre 2016 16:27; Act: 20.10.2016 16:46 Print

Kendall Jenner «adore avoir les seins à l’air»

Gigi Hadid et Kendall Jenner, les deux tops le plus en vue du moment, se dévoilent dans le magazine «W». Une interview pleine de surprise...

storybild

En backstage, elles sont stressées mais restent complices. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Shooting en noir et blanc. Tenues décontractées. Maquillage léger. Gigi Hadid et Kendall Jenner parlent de leurs angoisses dans une série de vidéos tournées par le magazine W. Gigi Hadid, 21 ans, a beau figurer en tête des tops les plus demandés cette saison, elle avoue qu’elle a encore beaucoup à apprendre côté défilés. «Évidemment, je ne suis pas la meilleure sur le runway. Je le SAIS», lâche-t-elle en plaisantant face à la caméra, référence aux critiques qu'elle avait reçues sur sa démarche.

«Mais, que puis-je faire? On ne m’a jamais appris, et c’est peut-être parce que tout s’est passé si vite. Les gens partaient du principe que je savais déjà… Donc, j’y travaille». Sa mère, Yolanda Hadid, l’a poussée à mettre les bouchées doubles, explique-t-elle. «Elle est toujours de bon conseil. Elle me dit "Quand tu commences à travailler, il vaut mieux être la plus bosseuse, la plus sympa de toutes, parce que sinon, il y aura toujours quelqu’un de plus beau, de plus sympa et de plus bosseur que toi"».

Elle n’est pas la seule à avoir besoin d’être rassurée sur le catwalk. Dans une vidéo de la même série, Kendall raconte son angoisse lors de son premier show. C'était chez Marc Jacobs, celui qui l’a fait connaître des fashionistas. «Je me disais: je porte des chaussures plates. Je ne peux pas tomber. Il n’y a aucune raison que je tombe!», se souvient-elle.

C’est d’ailleurs à cette occasion qu’elle portait un pull transparent, sans soutien-gorge. C'est là qu'a débuté sa passion pour le topless. «C’est trop bizarre. J’adore avoir les seins à l’air. C’est mon truc, je crois. Je suis jeune! Quand je serai plus vieille, je veux pouvoir les regarder et me dire qu’ils étaient beaux!».

(L'essentiel/Célia Héron)