«Danse avec les stars»

21 octobre 2018 20:05; Act: 22.10.2018 11:09 Print

Le message d'amour d'Adil Rami à Pamela

Le champion du monde français de football a délivré un message touchant à la star canadienne dans l'émission de «TF1», «Danse avec les stars».

Sur ce sujet
Une faute?

Blessée, Pamela Anderson a été contrainte de déclarer forfait lors de la quatrième émission de «Danse avec les stars» diffusée samedi soir sur TF1. Mais la Canadienne, ex-star de la série «Alerte à Malibu», a pu compter sur le soutien de son petit ami, le champion du monde français Adil Rami.

Par l'intermédiaire d'une vidéo tournée dans la salle de presse de l'Olympique de Marseille, le défenseur lui a délivré un message touchant: «Elle m'a bluffé parce que c'était vraiment extraordinaire. Elle a fini première ex-æquo, ce n'est pas rien. C'est gracieux, c'est beau, elle a tout et on ne parle pas de sa beauté, c'est hors-catégorie. En ce moment, on n'est pas souvent ensemble, je la vois très peu». Avant de faire un petit clin d’œil à Vegedream, le rappeur qui avait composé l'hymne des Bleus pour la Coupe du monde 2018: «Je lui dis souvent: "Tu gagnes, tu reviens, tu ramènes la Coupe à la maison"».

«C'est ma moustache»

Émue, Pamela Anderson a profité de l'occasion pour tordre le cou à la rumeur qui prétendait que Rami passait davantage de temps avec elle, à Paris, qu'à l'entraînement à Marseille. «Adil ne peut pas être à Paris avec moi, car il s'entraîne dur avec son équipe, mais il y a une très forte connexion entre nous, c'est ma moustache».

En deux semaines, le couple a donc profondément modifié sa stratégie de communication. Le 6 octobre dernier, Adil Rami s'était agacé en conférence de presse lorsqu'un journaliste lui avait demandé s'il effectuait tous les soirs le voyage à Paris pour voir sa dulcinée. «Je m'en bats les c... Ça ne m'intéresse pas. Je suis là pour parler de Caen (alors le prochain adversaire de l'OM). Je n'ai pas à parler de ça. Ça ne m'intéresse pas. Si vous voulez vendre des gossips... Je m'en fous, ne me parlez pas de ça!».

(L'essentiel/Sport-Center)