MATHIEU KASSOVITZ

12 juin 2012 09:26; Act: 12.06.2012 15:42 Print

«Nadine Morano, je vous trouve très conne»

Mathieu Kassovitz n’a pas peur des mots. Dans la vie comme sur le web. Lundi, il a exprimé en toute franchise son avis au sujet de Nadine Morano, la «conne».

storybild

Les tweets rageurs de Mathieu Kassovitz.

  • par e-mail

17 ans après avoir réalisé son classique du cinéma français, Mathieu Kassovitz a toujours «La Haine». Et régulièrement, il l’a déverse sur son compte Twitter. Sa dernière cible? Nadine Morano. La semaine passée, l'ancienne ministre française avait fait jaser en lançant l’idée d’abolir l’anonymat sur Twitter. «Sur Twitter il y a beaucoup de lâches qui insultent cachés derrière leur anonymat ce qui me conforte dans l'idée qu'il faudrait l'interdire», avait-elle posté sur sa page.

Mais ce qui a sans doute mis Kassovitz hors de lui, c’est la déclaration de Morano faite dimanche sur France 2. Elle a incité les électeurs du Front national à voter pour elle au second tour des législatives françaises. Elle a d’ailleurs récidivé lundi matin sur Europe 1 en lançant: «Je rencontre des électeurs du Front national avec lesquels je partage les mêmes valeurs: la maîtrise de l'immigration, le refus du droit de vote des étrangers, le fait qu'ils ne veulent pas financer l'assistanat et qu'ils veulent qu'on reconnaisse la valeur travail, la protection de nos frontières extérieures de l'Europe».

Une attaque qui ne plaît pas à tout le monde

Lundi après-midi, le réalisateur de 44 ans a donc attaqué la politicienne UMP: «Nadine Morano, je ne suis pas un anonyme du Net. Mon compte est certifié, pourtant je vous trouve très conne. Je peux le dire aux autres?» Une heure après sa première salve, il a lance une deuxième missive sur Twitter: «Nadine Morano n'est pas une pute, une truie ou une nazi et elle peut le prouver face à un juge. Par contre une conne...»

Les critiques ne se sont évidemment pas fait attendre. Kassovitz a même retwitté l’un des commentaires postés à son encontre: «Et toi t’es un mange merde qui se prend pour un dieu du 7e art. Tes pairs t’ont remis à ta place c’est-à-dire aux chiottes du ciné français».

Sarkozy dans son viseur

Plus tôt dans l’année, le réalisateur français avait déjà fait parler de lui avec ses déclarations sur Twitter. En janvier, il avait ainsi critique les Césars en écrivant qu’il «enculait le cinéma français».

Deux mois plus tard, Mathieu Kassovitz s’en était pris au président sortant, Nicolas Sarkozy: «Si NS passe un deuxième tour, la France est un pays de collabo néo-fasciste. Il faut se débarrasser de ces fils de putes de l'UMP avec fracas».

(L'essentiel Online avec Fabrice Aubert)