Zahia

21 novembre 2017 11:46; Act: 21.11.2017 12:01 Print

«Pour moi, la p*** représente la liberté»

Zahia révèle des infos inédites sur son passé de prostituée de luxe qu'elle assume à 100%. Elle savait que ce métier lui servirait de tremplin.

storybild

Zahia ne regrette pas son passage dans la prostitution de luxe. «Je me sens bien maintenant, je suis fière de ça. Pourquoi je devrais en avoir honte?», dit la styliste de 25 ans. (photo: DR)

Sur ce sujet

Zahia Dehar ne regrette rien de son passé sulfureux qui lui a finalement permis de se faire un nom. Venant d'une famille modeste, la Franco-Algérienne est devenue escort girl à l'âge de 16 ans. Elle a vite compris que l'argent allait lui offrir tout ce dont elle rêvait.

«J'aurais pu avoir un petit copain et en changer chaque semaine. Je me suis dit, autant avoir des relations sexuelles et gagner quelque chose en retour. Je trouvais ça plus excitant. Et je n'aimais pas du tout les hommes de mon âge, je ne les trouvais pas intéressants», confie-t-elle dans le magazine «Antidote».

De plus, l'ado qu'elle était se prenait déjà pour une femme. «J'étais pressée de grandir, d'être indépendante. C'est pour ça que je me suis mise à sortir, à aller vers d'autres aventures. Je préparais mon avenir», précise-t-elle. Cependant, côté finance, Zahia, qui gagnait jusqu'à 20 000 euros par mois, était plus cigale que fourmi. «Mon truc c'était de tout dépenser, tout le temps. Parfois je regardais dans mon sac et je me disais, il me reste quoi, 6 000 euros.  Je rentrais dans une boutique, je voyais une robe à ce prix et je me disais, je m'en fiche je l'achète!», se souvient-elle. Néanmoins, la belle savait que ce travail serait temporaire. Cela aura duré un an. «Pour moi c'était une petite période de ma vie qui allait me permettre de passer à autre chose», dit-elle.

«Pour moi, la pute représente la liberté»

En 2010, quand le scandale a éclaté avec un client célèbre, le footballeur Franck Ribéry, parce qu'elle était mineure au moment des faits, Zahia a vu sa vie virer au cauchemar. «J'étais très mal, je ne sortais pas, je ne voyais personne. Je restais seule. Pour moi, je n'avais plus d'avenir, j'étais Zahia la pute. Et je sais que, dans cette société, ce genre de femme est diabolisée, comme si c'était quelque chose de mal... Mais ce n'est pas mal ce qu'elles font, elles apportent juste du plaisir, explique la blonde. Pour moi, la pute représente la liberté. Mais ce n'était pas perçu comme ça, ma vie est devenue un enfer. J'avais le choix entre me suicider ou avancer dans mes objectifs et les atteindre».

Pas de honte

Heureusement pour elle, Zahia a su profiter de cette notoriété soudaine pour rebondir et lancer sa marque de lingerie. Photographiée par la suite par Karl Lagerfeld, Ellen von Unwerth ou encore Pierre et Gilles, l'ex-prostituée de luxe a pu redorer son blason. «Je me suis dit que cette étiquette allait devenir un message que je porte, dit-elle. Je me sens bien maintenant, je suis fière de ça. Pourquoi je devrais en avoir honte?». Aujourd'hui, à 25 ans, la styliste regarde avec légèreté cet épisode de sa vie. «Je me dis que c'est fini, parce que je suis passée à autre chose et je ne suis plus aussi jeune qu'avant. C'était bien à faire dans la jeunesse. C'était intéressant, c'était amusant», conclut-elle.

(L'essentiel)