Violences conjugales

10 novembre 2017 12:12; Act: 10.11.2017 16:41 Print

Mel B trouve un accord in extremis avec son mari

L'ex-Spice Girl et son mari, qu'elle accusait de violences conjugales, sont parvenus à un accord amiable juste avant le début d'un procès qui s'annonçait très médiatique.

storybild

Mel B n'a fait aucun commentaire au tribunal jeudi. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Une audience, qui devait avoir lieu au tribunal supérieur de Los Angeles pour la présentation des propos liminaires des deux camps, a donc été annulée. Le juge Mark Juhas du tribunal de Los Angeles a également mis fin à un mandat qui interdisait à Stephen Belafonte d'approcher Melanie Brown, de son vrai nom.

La pop-star affirmait que Belafonte la menaçait de diffuser des enregistrements de ses ébats sexuels. Les ex-partenaires ont également trouvé un accord concernant leur fille de six ans Madison, et ils ont trois mois pour trouver un arrangement autour des droits de visite de Belafonte à sa belle-fille de 10 ans, Angel, dont le père est Eddie Murphy, selon l'avocate de Belafonte, Grace Jamra.

Violences pendant 10 ans?

Melanie Brown et ses avocats lui avaient interdit toute visite à Angel, et avaient obtenu une injonction pour l'empêcher de les approcher, après que la chanteuse et juge de l'émission de téléréalité «America's Got Talent» l'avait accusé de violences physiques. Stephen Belafonte affirme qu'il a élevé la petite fille depuis qu'elle était bébé et qu'il peut légitimement demander un droit de visite.

Melanie Brown, 42 ans et présente au tribunal jeudi, n'a fait aucun commentaire. Elle a demandé le divorce de Stephen Belafonte, le 20 mars, l'accusant de violences physiques et émotionnelles au cours de leur union de dix ans.

(L'essentiel/AFP)