Musique

03 février 2018 09:57; Act: 03.02.2018 10:05 Print

Mort de Dennis Edwards, la voix des Temptations

Sa voix sur «Papa was a Rolling Stone» est devenue célèbre dans le monde entier: le chanteur des Temptations est mort vendredi.

Le chanteur Dennis Edwards, qui a fait partie du groupe américain The Temptations durant plus d'une décennie et interprété notamment le tube «Papa Was a Rolling Stone», est décédé jeudi, a indiqué à l'AFP un membre de son encadrement.

Membre de l'agence 21st Century Artists, qui représentait le chanteur, il n'a donné aucune précision sur le décès de l'artiste. Selon plusieurs médias américains, il se trouvait à Chicago, où il résidait.

Dennis Edwards, qui allait fêter ses 75 ans samedi, avait rejoint en 1968 les Temptations, l'un des groupes emblématiques lancés par le promoteur Berry Gordy et son label Motown, qui existaient depuis 1961 et avaient déjà connu une série de succès.

Issu de la chorale et du gospel, le natif de l'Alabama remplaçait David Ruffin, qui avait propulsé le groupe au sommet avec notamment «My Girl», dans un rôle de chanteur principal, avant son départ houleux.

Son arrivée aura correspondu à l'évolution du style des Temptations, moins marqué par le gospel et davantage par les musiques émergentes de l'époque, le funk notamment. Leur titre le plus emblématique de cette nouvelle époque restera «Papa Was a Rolling Stone», morceau de bravoure de sept minutes sur la version single et douze minutes pour la version intégrale.

Porté par des guitares, des cuivres, des violons et une ligne de basse obsédante, le titre se hissera au sommet des ventes de disques aux États-Unis en décembre 1972. Évoquant un père absent, le morceau témoignait également d'une évolution vers des textes plus en phase avec l'époque et les grandes sujets sociaux.

Dennis Edwards quittera une première fois le groupe en 1977, pour tenter une carrière en solo, avant d'effectuer, plus tard, plusieurs autres passages au sein de la formation, le dernier de 1987 à 1989.

Otis Williams, l'un des membres fondateurs des Temptations, s'est dit «très triste» d'apprendre le décès de «notre frère». «Nous sommes conscients de son extraordinaire contribution à l'héritage des Temptations.»

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Aristoteavéraisin le 04.02.2018 15:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le vrai chanteur des temptations, c’était David Ruffin, Edwards, une pâle copie à coté, aucun charisme, aucune extravagance, et une moins bonne voix aussi, Ruffin a été remplacé en 68 par Edwards car gros ego, capricieux et cocaïnomane, il est d’ailleurs mort de ça... Ruffin, la vraie voix des temptation, un génie qui s’est brulé les ailes avec ce groupe, homme à femme et très orgueilleux, cela l’a détruit RIP EDWARDS, tu était moins bien que lui, mais pas mal quand même

Les derniers commentaires

  • Aristoteavéraisin le 04.02.2018 15:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le vrai chanteur des temptations, c’était David Ruffin, Edwards, une pâle copie à coté, aucun charisme, aucune extravagance, et une moins bonne voix aussi, Ruffin a été remplacé en 68 par Edwards car gros ego, capricieux et cocaïnomane, il est d’ailleurs mort de ça... Ruffin, la vraie voix des temptation, un génie qui s’est brulé les ailes avec ce groupe, homme à femme et très orgueilleux, cela l’a détruit RIP EDWARDS, tu était moins bien que lui, mais pas mal quand même