Royaume Uni

09 novembre 2017 12:41; Act: 09.11.2017 12:48 Print

Taylor Swift est qualifiée de «diva paranoïaque»

La chanteuse américaine est vivement critiquée. En cause, sa manière de contrôler son image à outrance et de communiquer avec les médias.

storybild

L'Américaine de 27 ans aime tout contrôler. (photo: John Salangsang)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le journaliste du Sun Dan Wootton en a gros sur la patate concernant Taylor Swift. L'homme a détaillé par le menu tous les caprices de la star entourant la sortie de son 6e album «Reputation», ce vendredi. Premièrement, l'entourage de la chanteuse a menacé les chroniqueurs musicaux: s'ils publiaient une critique avant l'embargo fixé, ils s'exposaient à des milliers d'euros d'amende. Ensuite, alors que Taylor, 27 ans, n'a plus donné d'interviews depuis près de deux ans, elle a bien voulu s'épancher dans deux magazines américains... dont elle est l'éditrice. Selon The Sun, ceci dénote une «paranoïa» et une volonté de contrôler à outrance son image.

«Taylor a maintenant tendance à surprotéger son image. Elle a le sentiment qu'elle n'a plus besoin de donner des interviews pour vendre des albums», a raconté une source au journaliste. Selon cette personne, cela lui permettrait également d'éviter d'avoir à se justifier sur ses clashes, avec Katy Perry ou Kanye West, ainsi que sur ses amours. D'ailleurs, le label de la star a «supplié» certains journalistes de cesser d'écrire les noms de ses ex. The Sun les a tous mentionnés en détail à la fin de son article sur Swift.

Selon Wootton encore, l'Américaine aurait imité la stratégie de communication d'une autre très grosse star, Beyoncé: «Taylor a vu comment elle gérait sa carrière sans donner d'interviews et elle estime que sa musique parle suffisamment pour elle. Malheureusement, ce sont deux artistes complètement différentes et l'entourage de Swift n'est pas persuadé que ce soit la manière la plus judicieuse de faire». Pour résumer, selon lui, la jolie blonde a tout simplement perdu «le sens de la réalité du monde».


(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mike le 09.11.2017 14:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est compréhensible et tout à fait légitime.

  • Timtom le 09.11.2017 18:14 Report dénoncer ce commentaire

    C'est marrant l'article a l'air de sous entendre que la carrière de Taylor swift peut être en danger avec cette stratégie de communication. Taylor Swift, Justin Bieber, meme combat, on peut croire que c'est nul et pour les ados mais ils vendent bien plus de disques que les autres...et sous leur propre label...

  • Voyeurisme le 09.11.2017 14:27 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi? C'est sa vie privée ou sa musique qui intéresse les gens? Le jour ou l'on aura plus ces magazines à ragots, le monde ira mieux. On aime sa musique ou pas, le reste c'est sa vie privée. Certains choisissent de la partager, et d'autres murissent et préfèrent la garder pour eux. Donc quel problème ici?

Les derniers commentaires

  • Timtom le 09.11.2017 18:14 Report dénoncer ce commentaire

    C'est marrant l'article a l'air de sous entendre que la carrière de Taylor swift peut être en danger avec cette stratégie de communication. Taylor Swift, Justin Bieber, meme combat, on peut croire que c'est nul et pour les ados mais ils vendent bien plus de disques que les autres...et sous leur propre label...

  • Voyeurisme le 09.11.2017 14:27 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi? C'est sa vie privée ou sa musique qui intéresse les gens? Le jour ou l'on aura plus ces magazines à ragots, le monde ira mieux. On aime sa musique ou pas, le reste c'est sa vie privée. Certains choisissent de la partager, et d'autres murissent et préfèrent la garder pour eux. Donc quel problème ici?

  • Mike le 09.11.2017 14:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est compréhensible et tout à fait légitime.