Aux États-Unis

12 mars 2019 11:54; Act: 12.03.2019 12:00 Print

Aaron Carter outré d'être mêlé à l'affaire Jackson

Le chanteur est scandalisé que l'un des accusateurs de la star le mentionne sur Twitter, sous-entendant qu'il savait ce qui se passait à Neverland.

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis la diffusion de «Leaving Neverland», le 3 mars 2019, sur HBO, la polémique gronde autour de la mémoire de Michael Jackson. Dans ce documentaire choc, Wade Robson et James Safechuck, qui ont connu le roi de la pop quand ils étaient enfants, affirment qu'ils ont été agressés sexuellement par la star, durant cette période. Choqué par ces accusations, Aaron Carter, qui était un ami proche de Michael, a poussé un coup de gueule.

Sur Twitter, un message sur un compte lié à celui de Wade a laissé sous-entendre qu'Aaron savait ce qui se passait à Neverland. Interviewé par TMZ, le chanteur lui a dit ce qu'il pensait: «Il essaie d'impliquer mon nom dans cette merde? T'as de la chance que j'aie quelque chose à perdre sinon je te mettrai mon poing dans la figure!» Pour sa défense, l'avocat de Wade a fait savoir que ce tweet provenait d'un faux compte. Selon lui, son client est victime de hackers qui utilisent son nom sur les réseaux sociaux, depuis la diffusion de «Leaving Neverland».

«Des moments incroyables avec Michael»

L'artiste américain de 31 ans s'est montré aussi très étonné du comportement du chorégraphe australien de 36 ans. «T'es un homme adulte et quand Michael Jackson était vivant, tu étais encore avec lui. Tu étais là pour le défendre lors du procès et maintenant qu'il est mort, tu décides que c'est le moment de tout dire? Non, ce que tu fais c'est piétiner une icône, tu piétines sa tombe!»

Aaron a précisé qu'il avait séjourné dans la propriété de Jackson quand il était plus jeune et rien de mal ne s'y était passé. «Je me souviens avoir vécu des moments incroyables avec Michael. J'avais 15 ans. On traînait ensemble, je suis resté dans sa maison, dans sa chambre. Mon expérience avec lui n'a été que merveilleuse».

(L'essentiel)