Hugo Clément

22 février 2019 11:30; Act: 22.02.2019 11:57 Print

Accusé de harcèlement, le journaliste nie

Le journaliste français, Hugo Clément, a été accusé d'harcèlement par une ancienne camarade de classe durant leurs études à Lille.

Sur ce sujet
Une faute?

«Je m'excuse quand j'ai fait une faute. Et il n'y a pas de faute». Hugo Clément a réagi suite aux accusations de harcèlement à son encontre par Nassira El Moaddem, journaliste au Bondy Blog. «Je suis habitué aux calomnies, aux rumeurs sur les réseaux sociaux, malheureusement c'est pas nouveau, c'est un peu le revers de la médaille quand on accepte de s'exposer, a-t-il expliqué à l'émission de France 5, C à vous, ce que vous évoquez c'est un règlement de comptes entre étudiants qui ne s'entendaient pas et qui ne s'entendent toujours pas aujourd'hui, où on essaie de faire passer une blague téléphonique, pour du harcèlement, ce qui est scandaleux».

Nassira El Moaddem a publié un article racontant sa version des faits sur Twitter, dans lequel elle écrit avoir subi «harcèlement et humiliations» de la part de camarades dont Hugo Clément et Martin Weill (journaliste à Quotidien) durant ses études de journalisme cinq ans plus tôt.

Un témoignage de plusieurs pages

«Trois étudiants de ma promotion, de mon groupe de télévision, qui à deux reprises se sont fait passer au téléphone pour les ressources humaines de Radio France me faisant miroiter un recrutement et propageant des rumeurs à mon encontre au sein de l’école: je cherchais à voler la place d’autres étudiants dans des médias, je mentais sur mon CV, j’étais ambitieuse au point de vouloir écraser les autres», écrit-elle.

«Durant la scolarité, ces mêmes étudiants "s’amusaient" également à diffuser sur les ordinateurs de l’école le clip "La Zoubida" avant nos cours de télévision (j’étais la seule étudiante d’origine arabe dans le groupe)» poursuit-elle, dans une prose de plusieurs pages.

L'emploi du mot «Harcèlement» a remonté le journaliste de Konbini. «Le harcèlement n'est pas juste un mot que l'on peut utiliser comme cela, à sa guise(...) c'est un délit qui doit être poursuivi en justice», a-t-il répondu sur le plateau de l'émission, jeudi, «il y a eu des tensions entre étudiants, la direction de l'école nous a convoqué pour nous dire "bon maintenant arrêtez, c'est ridicule"». «Je n'ai jamais harcelé personne», a conclu Hugo Clément.

La journaliste Nassira El Moaddem ne lâchera pas l'affaire, suite à l'émission de jeudi soir, elle demande un droit de réponse à l'intervention d'Hugo Clément en plateau :

(mm/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • allo la terre ! le 22.02.2019 13:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mouais, elle attend étrangement que ses "harceleurs" deviennent connus pour déballer son histoire. c'est un peu trop gros pour être honnête à mon avis

  • Doctor Who le 22.02.2019 12:58 Report dénoncer ce commentaire

    C'est tellement compliqué, surtout des années plus tard de démêler ce qui est humour potache qui est stupide, va un peu loin et est recadré et ce qui est harcélement, n'a pas de limite sauf celle de détruire une personne. Surtout dans le climat actuel où il est de bon ton de tout dénoncer selon le chef d'accusation le plus grave... On a tous au moins une fois fait des conneries dans notre vie, on s'est tous plus ou moins mal comporté avec quelqu'un, et on est donc potentiellement accusable de harcélement par quelqu'un...

  • Wowowo le 22.02.2019 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    5 ans avant ? Fallait peut-être réagir avant... à moins que ce soit le temps que cela monte à son cerveau

Les derniers commentaires

  • Anonyme le 23.02.2019 10:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Généralement le harceleur se retranche derrière ce que vous citez...c était du passé...de la déconne...pour rigolet...mais la victime elle a pu être blessée même sur le ton de la blague...elle n oublie pas et a besoin à minima d excuses pour avancer ;-)...A bon entendeur ;-)

  • besoin le 22.02.2019 21:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le racisme , mobbing, l abus .. existe aussi dans le monde du travail partout malheureusement c est une réalité . Certains chefs font du favoritisme et discrimination et préférences

  • Taka Takata le 22.02.2019 20:27 Report dénoncer ce commentaire

    Entre-temps si vous ne la connaissiez pas maintenant c'est fait...

  • philippe le 22.02.2019 17:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonsoir j'ai vu l'émission et ce jeune homme propret ne me semble pas très à l'aise. Qu'entend-il par blague téléphonique ? Nous voyons chaque jour que ces comportements sont courants ils existent dans le milieu hospitalier dans le domaine des affaires et maintenant dans celui du journalisme. Moi je dirais plutôt courage à cette femme qui égratigne une personne connue.

  • Besoin de reconnaissance le 22.02.2019 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    5 ans après, pour se faire de la notoriété et du buzz qu’elle n’a pas réussi à obtenir par d’autres biais entre autres ses compétrnces réelles.