Enchères

14 septembre 2018 14:54; Act: 14.09.2018 16:25 Print

Adeline Blondieau vend les affaires de Johnny

L'ex-Madame Hallyday a décidé de vendre aux enchères quelques objets et tenues - dont ses robes de mariée - ayant trait au rockeur, décédé en décembre dernier.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

«Je ne garde de l'homme que j'ai aimé, il y a plus de 20 ans, que l'intime». Neuf mois après la mort de Johnny Hallyday, celle qui fut sa femme, à deux reprises, a décidé de se séparer de nombreux objets lui ayant appartenu.

Adeline Blondieau, Mme Hallyday de 1990 à 1992 et de 1994 à 1995, vendra ainsi aux enchères, son incroyable robe de mariée Nina Ricci inspirée d’«Autant en emporte le vent» ainsi que son tailleur rose corail porté pour le mariage civil. Elle cède également une boucle d’oreilles de l’artiste, des blousons de cuir ou encore des lunettes de soleil.

«La mort nous pousse à pardonner»

«Quand Johnny est mort, j'ai été submergée par une tristesse bien plus grande que je ne m'y attendais. La mort change notre regard sur le passé. Elle nous pousse à pardonner, à tourner une page, à ne garder que le meilleur», a indiqué Adeline Blondieau, dans un document expliquant la vente. Un message touchant quand on sait que la comédienne et l’idole des jeunes étaient fâchés notamment depuis la sortie de l'autobiographie du rocker. La comédienne s'estimait diffamée et avait indiqué à la justice qu'il l'avait violée alors qu'elle avait 15 ans.

«Pour faire mon deuil, je me suis replongée dans l'histoire passionnelle, de presque dix ans, que nous avions vécue. J'ai pris le temps de comprendre qui était l'homme que j'avais épousé. J'ai partagé certains souvenirs avec ceux qui l'ont connu. Cela m'a permis de comprendre ce que je voulais garder de notre histoire», a écrit Adeline. «Tout ce qui concerne Johnny, l'idole, tout ce qui faisait de nous des "personnages" et non des personnes, je le mets aujourd'hui à disposition de son public».

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pralin le 14.09.2018 16:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle fait bien de vendre , fauché où pas

  • Mimo le 14.09.2018 21:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on peut dire ce qu on veut mais avoir réussi à ce marier 2 fois avec johnny ...10ans de vie commune...c est qu ils se sont aimés

  • anti sarko le 14.09.2018 20:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a raison !

Les derniers commentaires

  • 57 le 15.09.2018 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Marcel on peut très bien accuser son mari de viol même si on est marié.i.

  • Mimo le 14.09.2018 21:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on peut dire ce qu on veut mais avoir réussi à ce marier 2 fois avec johnny ...10ans de vie commune...c est qu ils se sont aimés

  • anti sarko le 14.09.2018 20:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a raison !

  • Cricri le 14.09.2018 19:05 Report dénoncer ce commentaire

    Aimez-vous vivant et pardonnez avant ! C'est mieux !

  • pralin le 14.09.2018 16:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle fait bien de vendre , fauché où pas