Concours Miss France

03 décembre 2020 15:53; Act: 03.12.2020 16:57 Print

«Blessée», Sylvie Tellier répond à ses détracteurs

La chaperonne des Miss France a pris la parole, après les nombreuses attaques venant de la Dame au chapeau et du chroniqueur de «Touche pas à mon poste».

storybild

Il est loin le temps où Sylvie Tellier et Geneviève de Fontenay posaient sur une même photo, ici en 2001. (photo: AFP/Thomas Wirth)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je suis extrêment blessée par les attaques parce que je ne suis pas en acier trempé», a déclaré Sylvie Tellier, sur Sudradio, faisant référence aux multiples attaques dont elle est la cible, que ce soit dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Mais la quadragénaire avance et reste assez lucide pour envoyer quelques piques à ses détracteurs. À commencer par celle qui l'a précédée, Geneviève de Fontenay, qui l'a accusée de lui «avoir volé sa vie».

«J'ai beaucoup d'affection pour Geneviève (...) Elle est vraiment attachée à ce concours et l'aigreur qu'elle peut avoir c'est parce que Miss France lui manque», suppute-t-elle. Mais elle rappelle que l'émission de Miss France «doit coller avec la société dans laquelle on vit»: «Ça ne fait pas rêver des jeunes femmes de faire la farandole pendant 20 minutes». Et de clore le chapitre: «Il faut vivre avec son temps et Geneviève n'a pas voulu prendre ce virage des années 2000».

«Il a le droit de pas m'aimer»

Elle a aussi répondu à Jean-Pascal Lacoste, son futur beau-frère qui ne cesse de l'attaquer violemment sur le plateau de «Touche pas à mon poste». «Je ne connais pas cette personne, je ne l'ai jamais rencontrée, je ne l'ai jamais eue au téléphone» mais «je crois que depuis la rentrée, toutes ses attaques lui ont permis d'être très présent dans un programme sur C8», a-t-elle ironisé.

«Aujourd'hui c'est quand même terrible, on est dans une société où on donne la parole à des gens sans vérifier les informations», s'est-elle exclamée. «Que Jean-Pascal ait de l'animosité envers moi, je le respecte, mais je vais pas l'appeler pour lui demander pourquoi vous ne m'aimez pas. Il a le droit de pas m'aimer, en revanche il faut pas faire croire que l'on se connaît et que je refuse un dialogue».

(mc/L'essentiel)